Plusieurs restaurateurs du Berry proposent des repas à emporter pour les ouvriers du BTP

C’est une initiative mise en place le 23 avril, en plein confinement. L’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie Berry (UMIH) et les Fédérations du Bâtiment du Cher et de l’Indre proposent aux entreprises d’accéder à des repas auprès des restaurateurs.

Plusieurs restaurateurs du Berry proposent des repas à emporter pour les ouvriers du BTP
Plusieurs restaurateurs du Berry proposent des repas à emporter pour les ouvriers du BTP © AltoPress / Maxppp
Une vingtaine d’établissements a répondu présent, dans l’Indre et dans le Cher. Les ouvriers d'entreprises peuvent profiter d'un repas complet à emporter dans plusieurs restaurants du Berry. 

"Quand les entreprises du bâtiment ont voulu reprendre leur activité, le problème des repas s’est posé. Très souvent, le chantier n’est pas à côté de l’entreprise. Beaucoup de restaurants ont souhaité s’associer à cette démarche. Le but est de fournir aux entreprises du bâtiment une liste de restaurants potentiels", confie Véronique Gaulon, présidente de l’union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) dans le Berry.

Cette liste s’étoffe chaque jour.

Cela permet aussi d’avoir un maillage territorial intéressant et pratique, selon Véronique Gaulon. 

Le prix se négocie entre l’entreprise et le restaurateur.
 
Les restaurateurs de l'Indre qui proposent des menus à emporter pour les ouvriers
Les restaurateurs de l'Indre qui proposent des menus à emporter pour les ouvriers © UMIH Berry
 
Les restaurateurs du Cher qui proposent des menus à emporter pour les ouvriers du BTP
Les restaurateurs du Cher qui proposent des menus à emporter pour les ouvriers du BTP © UMIH Berry


Pour le moment, peu d’ouvriers ont bénéficié de ces repas car le secteur du BTP ne reprend que très progressivement. La démarche peut être élargie à d’autres entreprises si elles en font la demande.

Retrouver un peu de trésorerie 

Corinne Biegnon, gérante du restaurant "La cuisine d’autrefois" à Saint Amand Montrond (Cher) s’est inscrite pour faire profiter de sa cuisine : "Il n’y avait rien dans le secteur pour les ouvriers. Je propose un menu à 14€, entrée, plat, fromage et dessert."

Une démarche qui permet d’assurer une petite trésorerie, malgré la crise. "C’est histoire de sortir un petit quelque chose, car on fait comment pour vivre ?". La restauratrice effectue également des livraisons aux ouvriers. 

Jean-Luc Augay est gérant de l’hôtel restaurant "Chez Maurice " à Châteauroux (Indre) a également été contacté par la Fédération des bâtiments de l’Indre. Il s’est inscrit mais n’a pas eu encore d’ouvriers venus profiter de ses paniers repas. 

"On essaye de sauver les meubles comme on peut. Etant donné qu’on n’a pas encore le droit d’ouvrir et que les rentrées d’argent ne se font pas…"

De son côté, il propose un menu à 12€ avec une boisson.

Ces restaurateurs attendent le 2 juin avec impatience pour retrouver leur activité. Les modalités de reprise devraient être précisées le 25 mai prochain. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie déconfinement société region centre-val de loire berry