Législatives 2022. À 18 ans, Noé Petit, l'un des plus jeunes candidats de France, passe son bac et fait campagne en même temps

Publié le Mis à jour le
Écrit par Perrine Roguet

Il concilie préparation du Bac Philo et campagne électorale. Noé Petit, candidat dans la troisième circonscription du Loir-et-Cher pour la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), n'a pas attendu la majorité pour s'engager politiquement. Il raconte.

Un siège à l'Assemblée nationale en tête de ses vœux Parcoursup ? Noé Petit, 18 ans, en Terminale au lycée de Beaugency, est le plus jeune candidat à une élection législative. Il se présente, en binôme avec Emma Gillion, 25 ans, pour la nouvelle union de gauche, la Nupes, dans la 3e circonscription du Loir-et-Cher.

Pour la rentrée, deux scénarios : voter les lois avec les 576 autres députés, ou intégrer une licence en Sciences Humaines, mention géographie et aménagement du territoire à l'Université. Quelle que soit l'issue de l'élection, il affiche une ambition : "changer le système". "Quand je vois la biodiversité qui disparaît, les marées noires, les glaciers qui fondent" regrette-t-il "je me dis qu'on a besoin de porter des vrais transitions, pas des mesurettes".  

Guerre des "mondes" mais pas des "générations"

À eux deux, le binôme Noé Petit et Emma Gillion est plus jeune que la plupart de ses opposants. Lui habitant de Mer, elle, vendômoise, "c'est le nouveau monde contre l'ancien" affirme Noé Petit avant d'ajouter :

Ça met une de ces rages de voir que ma génération va subir le changement climatique, et qu'en face les gens qui ont les cartes en main ne font rien

Noé Petit, candidat NUPES aux législatives

Pas question cependant de parler d'une "guerre des générations", où les "jeunes" affronteraient les "vieux". Le lycéen a grandi dans les quartiers populaires de La Source à Orléans, avant de s'installer à Mer. C'est de là qu'il tient, selon lui, son appétence pour les luttes sociales. Celui qui se présente comme un homme de gauche ne cache pas son agacement à l'encontre du puté sortant Pascal Brindeau (UDI) sur les questions climatiques : "On a trois ans pour changer de cap et on a un député qui se vente d'avoir fait un rapport sur la fraude aux prestations sociales". Une préoccupation qui lui paraît lointaine des plus urgentes : "on a un avenir climatique horrible dessiné pour les jeunes, c'est terrible de grandir dans un monde comme ça" insiste-t-il, évoquant les hausses de températures, les intempéries, sécheresses annoncées.

Soutenu par ses proches

Écolo convaincu et visiblement convaincant, ses grands-parents viennent désormais coller des affiches avec lui, mais adoptent aussi de nouvelles habitudes : " J'ai une grand-mère qui m'appelle pour me dire 'ça y est, je boycotte telle marque' ". Sa mère, elle, a d'abord été inquiète : "elle a bien vu à quel point il peut y avoir des requins dans la politique locale, qui retournent leur veste à la première occasion". 

Bouclettes sur la tête et déterminé, le jeune âge ne fonde pas l'engagement politique selon lui : "ça fait dix ans que je m'intéresse, que je suis actif". Il y a quelques années, il a fondé le mouvement "À Bas le Béton" pour lutter contre la bétonisation des sols dans sa commune, à Mer. 

S'il est élu, Noé Petit deviendrait le plus jeune député de l'histoire de la République française. La dernière en date était Marion Maréchal en 2012, elle avait 22 ans.