Post-confinement : comment Vierzon et Châteauroux attirent les citadins en quête d'une nouvelle vie

Après deux mois sans sortir, les Français qui habitent Paris et les grandes villes veulent de l’air, de l’espace et du vert. C’est sur ce phénomène qu’ont voulu surfer les communautés de communes dont celles de Vierzon et de Châteauroux, pour attirer de nouveaux habitants.

Vierzon (à gauche) et Châteauroux (à droite) ont chacune leur stratégie pour attirer de nouveaux habitants.
Vierzon (à gauche) et Châteauroux (à droite) ont chacune leur stratégie pour attirer de nouveaux habitants. © Julie Postollec / France Télévisions
Cet été, en attendant le métro, les Parisiens ont vu fleurir sur les murs des pubs vantant les atouts d’Alès, la beauté de la Nièvre, mais aussi les charmes bucoliques du Cher et de l’Indre. 
Cette affiche a été posée dans le métro et sur les parkings parisiens, dans le cadre de la campagne de communication pour le tourisme en Sologne et Berry.
Cette affiche a été posée dans le métro et sur les parkings parisiens, dans le cadre de la campagne de communication pour le tourisme en Sologne et Berry. © Communauté de communes Vierzon-Sologne-Berry
D’un côté une affiche (visible ci-dessus) “Sologne Berry, de l’air !” lancée par l'office de tourisme Berry Sologne. De l’autre, pas une, pas deux, mais cinq pubs proposées par l'Agence d'attractivité de l'Indre ! En voici une :
L'Agence d'attractivité de l'Indre a axé sa campagne de pub dans le métro parisien sur cinq thématiques, dont les prix de l'immobilier très accessibles.
L'Agence d'attractivité de l'Indre a axé sa campagne de pub dans le métro parisien sur cinq thématiques, dont les prix de l'immobilier très accessibles. © Agence d'attractivité de l'Indre

Les différentes collectivités ont en effet profité de la baisse du prix de l’affichage publicitaire pour se payer une campagne autour d’une même idée : "chez nous, vous pourrez respirer et vous aurez de l’espace, bref, vous vous y plairez".

Mais évoquer l’air pur ne suffit pas. Il y a d'abord les racines familiales qui entrent en jeu. Dans notre reportage "La ruée vers la campagne ?" pour Enquêtes de région (diffusé ce mercredi 7 octobre à 23h05 et bientôt en replay), sur les trois couples que nous avons suivis, deux changent de vie pour retourner près de leurs proches. 

Pour convaincre ceux qui sont sans attache, il faut aussi pouvoir offrir de l’emploi et un maximum de services : crèches, écoles, médecins, commerces. C’est justement par les commerces que Vierzon veut attirer de nouveaux habitants.
 

Un cercle vertueux

Considérée un temps comme une zone sinistrée, la ville et la communauté de communes se sont lancées depuis cinq ans dans un travail de réhabilitation.

Un exemple : celui de la rue du Maréchal Joffre, avec l’opération “J”offre une boutique”. Le principe ? En accord avec les propriétaires, la collectivité sous-louait à bas prix pendant deux ans des locaux commerciaux à des artistes, artisans, commerçants. 

"On a permis à des porteurs de projets de tester leur activité, de voir si elle était viable sur le territoire, et au bout de deux ans de prendre un bail directement auprès du propriétaire à un prix raisonnable", explique Hélène Ferreire, du comptoir du commerce Vierzon Sologne Berry. Sur les sept dossiers, cinq ont maintenu leurs activités après les deux années tests.
  

Réhabiliter les logements

Elle constate d’ailleurs que "même les propriétaires qui ne sont pas dans le dispositif sont assez partants pour faire des loyers stables pour pouvoir redonner à cette rue une vraie vie, une identité, et aussi faire revenir des habitants".

C’est donc un cercle vertueux que la collectivité affirme vouloir enclencher : attirer des commerçants et des entreprises pour attirer de nouveaux arrivants. En parallèle, Hélène Ferreire souligne que la communauté de communes fait aussi “un gros travail sur la réhabilitation de l’habitat et du centre-ville, comme elle l'explique dans cette vidéo :
 
Tous ces travaux n’auraient pu se faire sans le programme national de revitalisation urbaine et le dispositif “Action Coeur de Ville”, dont bénéficie Vierzon depuis trois ans, avec 221 autres communes en France. 


"Le logement, c'est plus compliqué"

Pour Nicolas Sansu, le maire de Vierzon, "la reconquête commerciale est enclenchée", mais "le logement, c'est plus compliqué".

En effet, réhabiliter des appartements a-t-il un sens alors que les citadins cherchent depuis le déconfinement un jardin ou un grand extérieur ? 

Certes, en sondant les agences immobilières, le maire a noté un boom des demandes et des ventes depuis mi-mai, permises notamment par des prix au mètre carré très attractifs.

Mais les néo-Vierzonnais, parmi lesquels quelques Franciliens, recherchent plutôt de grandes propriétés en périphérie. "Ça nous oblige à réfléchir à de nouveaux logements en centre-ville, concède Nicolas Sansu. On voudrait défaire des poches entières, voire démolir, afin de proposer du logement alternatif en coeur de ville."
 

Dispositif d'accueil des nouveaux arrivants

Un peu plus au Sud, Châteauroux Métropole a quant à elle tout misé sur l’accompagnement, avec un dispositif d’accueil des nouveaux arrivants pour les aider à trouver un emploi, un médecin, ou encore un logement.

Créé en 2012, ce dispositif accueillait alors une trentaine de familles par an. Aujourd'hui, la collectivité en suit en moyenne une centaine à l'année. A la mi-septembre, 66 nouveaux arrivants se sont déjà inscrits, malgré le temps mort du confinement.

Pour en savoir plus sur les actions de Châteauroux Métropole, découvrez ci-dessous notre reportage dans le numéro d'Enquêtes de région consacré aux effets du confinement, diffusé le 7 octobre 2020 :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus/covid-19 enquêtes de région à l'antenne vos rendez-vous