Les repas universitaires à 1 euro : un premier pas non négligeable pour les boursiers

Le 15 juillet, le Premier ministre Jean Castex annonçait la réduction du prix des repas universitaires de 3,30 euros à 1 euro pour tous les étudiants boursiers français. Effective depuis ce 1er septembre, cette mesure est une première victoire pour les syndicats étudiants.

Depuis le 1er septembre 2020, les repas dans les restaurants universitaires sont à 1 euro pour tous les étudiants boursiers en France.
Depuis le 1er septembre 2020, les repas dans les restaurants universitaires sont à 1 euro pour tous les étudiants boursiers en France. © Cedric JACQUOT/Maxppp
Depuis le 1er septembre 2020, le prix du repas dans les restaurants universitaires français, fixé auparavant à 3,30 euros, est passé à 1 euro pour les étudiants boursiers. Mesure phare de cette rentrée, annoncée par le premier ministre Jean Castex lors de son discours de politique générale le 15 juillet dernier, pour "soutenir les étudiants les plus modestes". 

Une avancée importante selon Marielle Brame, présidente de l'Unef d'Orléans, mais encore insuffisante.
 

C'est une très bonne chose. Mais les boursiers ne sont pas les seuls étudiants à être touchés par la précarité. Je pense notamment aux étudiants étrangers non boursiers, ou encore aux étudiants salariés ayant perdu leur travail à cause du Covid. Il faut étendre cette réduction à tous. Pas qu'aux boursiers.

Marielle Brame, présidente de l'Unef d'Orléans

 

Une précarité en progression selon un rapport du syndicat étudiant, publié le 17 août dernier. La cause ? Une augmentation de 3,69% du coût de la vie (loyer et transports), et l'apparition de nouvelles dépenses dûes à la crise sanitaire, telles que les masques par exemple. Un budget estimé à 230 euros par an qui, selon l'Unef, devrait être à la charge de l'État, au risque de devenir le "facteur d'une prochaine inégalité médicale entre les étudiants", s'inquiète Marielle Brame.

Pour l'heure, Rémi, étudiant boursier en journalisme à Tours, se réjouit de cette réforme. "Avec le repas à 1 euro, on peut économiser 10 euros par semaine, soit 40 euros à la fin du mois. Une somme loin d'être négligeable. Personnellement, ça pourra me permettre de remplir mon frigo avec de meilleurs produits." Même observation pour Shelia, étudiante en langues étrangères appliquées à Orléans. "Grâce à ça, je pourrai mettre plus d'argent de côté pour sortir et faire des activités."    

Pour bénéficier de cette tarification, les étudiants boursiers devront obligatoirement activer leur compte Izly, moyen de paiement mis en place par le Crous.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société region centre-val de loire solidarité