• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Salon de l'Agriculture : mais que fait Leonard de Vinci dans la plus grand ferme de France ?

500 ans de Renaissance(s) à l'honneur sur le Salon de l'Agriculture à Paris / © N. Ricoud
500 ans de Renaissance(s) à l'honneur sur le Salon de l'Agriculture à Paris / © N. Ricoud

En région Centre-Val de Loire, le 500e anniversaire de la Renaissance est partout. Et au cœur du Salon de l'Agriculture, le stand de la région a beaucoup misé sur Léonard de Vinci. Quels liens entre le célèbre inventeur et l'agriculture ? Nous avons cherché, et trouvé quelques réponses.

Par Nicolas Ricoud

Le Salon de l'Agriculture a ouvert ses portes ce week-end au parc des expositions de Paris - Porte de Versailles. Vaches, cochons, poules, chevaux, chiens... tous les animaux se retrouvent dans la plus grande ferme de France. Et au cœur du Hall 3, il y a également les 13 régions françaises (et accessoirement le plateau de France Télévisions). 

La région Centre-Val de Loire est bien présente. On y déguste des produits régionaux, on joue avec les châteaux de la Loire, mais surtout, on y parle Histoire, Renaissance et Léonard de Vinci.

Le 2 mai 1519, Léonard de Vinci mourait au château du Clos Lucé à Amboise. 500 ans après, c'est tout l'héritage laissé par la Renaissance qui est célébré, tant dans les domaines de l'art, des sciences que de la gastronomie.
 

Mais pourquoi Léonard de Vinci est au Salon de l'Agriculture ?

Le célèbre peintre de la Joconde est réputé pour ses inventions et ses tableaux. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il a gagné sa vie en organisant de grandes fêtes, notamment pour le Roi. Des festins qui ont marqué l'esprit à l'époque de la Renaissance.

Et puis, n'oublions pas que Léonard de Vinci a créé ce que l'on pourrait qualifier de premier tournebroche. De quoi régaler les convives lors des tablées.

À l'époque, on ne mangeait pas dans des "salles à manger", mais on dressait les tables à l'endroit qui était décidé par le maître des lieux. Le repas devient un véritable "art de vivre", avec ses cérémoniales et ses plats très bien présentés.

Le château de Chambord a mis à disposition un objet pédagogique qui représente quelques mets prisés à l'époque de Léonard de Vinci. Sur la table, on retrouve du gibier, du pâté en croûte, des artichauts, des fruits ... Appétissant, n'est-ce pas ? À moins que ce ne soit trop, dans la droite ligne des repas "gargantuesques" racontés dans les récits du chinonais François Rabelais.
 

500 ans de Renaissance(s) au Salon de l'Agriculture 2019

 

Recettes de cuisine et distribution de graines anciennes

Le Salon de l'agriculture est aussi l'occasion pour la région de mettre à disposition des sachets de graines. Et pas n'importe quelles graines ! Il s'agit de ce que l'on pouvait planter et récolter à l'époque. Si vous passez par le salon, vous pourrez repartir avec votre sachet de graines de poirée rhubarbe ou de courge muscade. L'occasion de remonter l'Histoire dans son potager ou dans son jardin.

Et pour les marmitons en herbe, vous pourrez repartir avec un livre : "Les recettes Renaissance(s)". Au-delà des recettes, vous découvrirez comment l'on mangeait à l'époque et que c'est à ce moment de l'histoire qu'ont été introduits le beurre et le sucre dans la cuisine. Ou encore que la cuisine Renaissance était très épicée (gingembre, cannelle, clou de girofle) et que l'on préparait des plats avec des sauces très différentes d'aujourd'hui (des sauces épicées, à base de verjus et de vinaigre).

Sur le stand de la région, vous découvrirez également un photocall pour des photos en famille ou entre amis devant les châteaux de la Loire, ainsi qu'un distributeur d'histoires courtes écrits par des auteurs régionaux.

Alors est-ce que la cuisine d'il y a 500 ans est très différente de celle d'aujourd'hui ? Certainement... mais nul doute que cette période Renaissance pleine d'innovation trouve un certain écho à la période actuelle où l'on réfléchit à se nourrir autrement, où le manger sain, bio et local trouve un engouement certain chez les consommateurs.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus