Taux d’incidence, variant Delta, vaccination : où en est l’épidémie de Covid-19 en Centre-Val de Loire ?

L’agence régionale de santé de Centre-Val de Loire a publié ce mardi 20 juillet son bulletin bi-hebdomadaire sur la situation épidémique dans la région. Le taux d’incidence bondit, les hospitalisations augmentent, mais le nombre de personnes en réanimation diminue.
Image d'illustration de vaccination
Image d'illustration de vaccination © Céline Durchon - FranceTV

Ce mercredi 21 juillet débute l’obligation de présenter le pass sanitaire pour accéder à tous les événements ou lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Une façon d’inciter fortement les Français à se faire vacciner. Une façon aussi de limiter la fameuse 4ème vague dont on entend de plus en plus parler avec la propagation du variant indien, baptisé aussi variant Delta.  

En région Centre-Val de Loire, 72,4% des tests positifs de Covid-19 ont la mutation L452R, présente sur le variant Delta, selon les données de Santé Publique France au 17 juillet. Au niveau national, ce variant est encore plus dominant car détecté dans 80,2% des contaminations.

Sa propagation est très rapide car quelques jours plus tôt, à la date du 11 juillet, il représentait dans la région 58,9% des cas positifs de Covid-19.

Par département, voici le taux de présence de cette mutation en date du 17 juillet :

Le taux d'incidence a bondi

La forte contagiosité du variant Delta expliquerait l’évolution du taux d’incidence (nombre de personnes contaminées pour 100.000 habitants) qui a bondi ces cinq derniers jours, comme l'indiquent les bulletins d'informations de l'agence régionale de santé (ARS) Centre-Val de Loire. Il a presque doublé dans le Cher, en Indre-et-Loire et en Eure-et-Loir, comme le montrent ces chiffres.

Mais ces chiffres de l’épidémie de Covid-19 restent pour le moment en-deçà du seuil d'alerte de 50 cas pour 100 000 habitants. C’est le Loiret qui se rapproche le plus de cette barre, et l'Indre qui en est le plus éloigné, comme l'indique cette carte. 

Plus d'hospitalisations mais pas de décès

Mathématiquement, le nombre d’hospitalisations augmente : en cinq jours, 11 patients de plus ont été admis dans les hôpitaux de la région, soit 62 personnes à la date du 20 juillet. Mais ces cas s’avèrent visiblement moins graves, car le nombre de réanimations a lui baissé, passant de 31 à 27 entre le 15 et le 20 juillet. Par ailleurs, aucun décès n’est à déplorer en cinq jours.

L’explication possible de cette évolution est la campagne vaccinale : une des propriétés du vaccin est en effet d’empêcher le développement de forme grave de la Covid-19.

Selon les derniers chiffres de l’ARS, 1 465 181 premières doses ont été injectées, tandis que 1 176 170 personnes sont totalement vaccinéesLe site CovidTracker nous donne quant à lui le taux de population ayant reçu une dose à la date du 19 juillet. 

Depuis les annonces d’Emmanuel Macron et l’obligation de présenter un pass sanitaire pour rentrer dans les lieux regroupant plus de 50 personnes, la région fait face à une forte demande de vaccination et a ouvert de nouveaux créneaux de vaccination, comme en Indre-et-Loire ou dans le Cher.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19