Zones agricoles défavorisées : les élus du Centre-Val de Loire interpellent le gouvernement

De nombreux agriculteurs du Centre-Val de Loire ont manifesté leur inquiétude concernant la révision de la carte de France des zones défavorisées. Parmi les opérations coup de poing, le blocage de l'A10, dans les deux sens, une action pilotée par la FDSEA du Loiret. / © Alain Heudes - F3 CVDL
De nombreux agriculteurs du Centre-Val de Loire ont manifesté leur inquiétude concernant la révision de la carte de France des zones défavorisées. Parmi les opérations coup de poing, le blocage de l'A10, dans les deux sens, une action pilotée par la FDSEA du Loiret. / © Alain Heudes - F3 CVDL

La tension est montée d'un cran ce lundi en Centre-Val de Loire. Les agriculteurs ont commencé à bloquer l'Autoroute A10 en réaction à la modification de la carte de France des zones agricoles défavorisées. Dans une lettre, le président de la région interpelle le gouvernement. 

Par Fabienne Marcel

Les agriculteurs sont à bout. Cela fait plusieurs jours qu'ils manifestent leur colère contre la modification de la carte de France des zones agricoles défavorisées, un zonage modifié depuis sa création en 1976. Une modification a été demandée par l'Union Européenne car la cour des comptes a estimé que trop d'exploitations, près de 100 000 en France, en bénéficient.

Cette carte est donc révisée depuis plus d'un an, par le ministère français de l'agriculture, avec des conséquences majeures pour les exploitants exclus du nouveau zonage. La suppression de l'indemnité compensatoire de zone défavorisée peut représenter une perte de revenu pouvant dépasser 10 000 euros.


Le 8 février, huit élus du Loiret ont été reçu à l’Elysée pour aborder le problème de la révision des zones agricoles défavorisée en Sologne et dans le Berry. Une délégation composée du sénateur Jean-Pierre Sueur, Hugues Saury et Claude de Ganay, des députés Stéphanie Rist et Richard Ramos.
A l'issue de la réunion ministérielle, la Sologne du Loir et Cher est réintégrée dans la zone au grand soulagement de la FDSEA. Les autres agriculteurs de la région maintiennent la pression depuis. 

Dans une lettre qu'il a publié sur Twitter, François Bonneau interpelle le gouvernement. Cette lettre a été signée par plusieurs élus du conseil régional.
Dans cette lettre ouverte, les élus déplorent le choix du gouvernement sur l'exclusion d'une grande partie de l'Indre-et-Loire, du nord du Cher et du sud Loiret parmi les zones agricoles défavorisées. Jusqu'ici ces territoires étaient reconnues dans les zones défavorisées. Selon la région cette décision "menace directement l'existence de nombreuses exploitations d'élevage." Les élus du conseil régional appellent le gouvernement à une "concertation renforcée avec les acteurs locaux pour sortir de cette crise vers le haut".

Notre dossier du 12/13 : A Cernoy en Berry, où la prime versée par l'Europe représente un salaire et demi 


A lire aussi

Sur le même sujet

Mathis Poulin, jeune chanteur blésois, va chanter à la fête de l'Huma ce week-end

Les + Lus