• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • SPORT
  • CULTURE
  • ÉCONOMIE

Cop 21, portrait d'une jeune éco-féministe

© AFP/Dominique Faget
© AFP/Dominique Faget

Si l’on doutait de l’engagement des jeunes face au problème climatique, un coup d’œil sur les espaces de travail de PlaceToB permet de mesurer leur implication sur le terrain. Parmi eux Lucie, jeune adulte venue de sa Basse-Normandie natale pour travailler à Paris.

Par Sophie Tallois

J'espère qu'on a raison d'avoir de l'espoir


Du Mont-Saint-Michel à Paris, en passant par l'Amérique du Sud
Pas si loin des polders du Mont-Saint-Michel où elle a grandi, Lucie est venue à PlaceToB pour “travailler entourée”. C’est là qu’elle a établi son bureau comme beaucoup d’autres co-workers, pendant la durée de la Cop21.

Née en Basse-Normandie, Lucie, 26 ans, a poursuivi ses études en Bretagne et en Pays-de-la-Loire. Ses parents sont agriculteurs maraîchers et sa conscience écologique lui vient d'abord de son éducation.

Lucie, la famille
Déjà, on éteignait la lumière, on fermait le robinet, et on ne mangeait pas de fraises en hiver !


Une solide formation pour construire son avenir

Titulaire de plusieurs diplômes en journalisme, communication et gestion, Lucie est passée par un stage à l'Espace Simone de Beauvoir à Nantes, puis elle est partie pour un long séjour en Amérique du sud.

Lucie, écologie et féminisme
Le changement climatique : les femmes sont globalement plus vulnérables


Lucie, journaliste blogueuse

En ce moment à Paris, elle travaille comme journaliste pour un magazine en ligneCe qui lui tient à cœur depuis toujours, c'est l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle voudrait développer des projets sur le thème “genre et justice climatique”. Lucie est éco-féministe.

Lucie et son avenir
Continuer les projets en lien avec le féminisme... et l'écologie


Projets d'avenir

Le désir de vivre et travailler en Amérique du Sud est vraiment fort chez la jeune femme. Pourtant des projets éco-responsables existent en France comme ceux des fermes d’avenir.
Plus tard, pourquoi ne pas revenir aux sources et rejoindre son frère qui lui, est destiné à reprendre l’exploitation familiale. Lucie a encore un peu de temps devant elle : son petit frère n'a que 16 ans.


Le climat, une préoccupation compatible avec les intérêts des jeunes ?

D’après elle, les jeunes ne sont pas insensibles aux problèmes de climat. Des initiatives existent qui concernent aussi les plus petits. La jeune femme engagée a déjà contribué à des actions d'éducation.

Lucie : les jeunes et le climat


Quels espoirs pour l’après Cop21 ?

j’espère que cette conférence permettra d'arriver à quelque chose de concret sur le terrain et qu’on parviendra à être forts contre les lobbies. C’est vrai que c’est toujours un peu la crainte. On a plein d’espoirs ... J’espère qu’on a raison d’avoir de l’espoir.



A lire aussi

Sur le même sujet

Réouverture du musée de Palavas