• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

SNCM : négociations de la dernière chance

Le navire de La Méridionale est bloqué à quai à Marseille par des marins grévistes de la SNCM depuis le 2 juillet / © BORIS HORVAT / AFP
Le navire de La Méridionale est bloqué à quai à Marseille par des marins grévistes de la SNCM depuis le 2 juillet / © BORIS HORVAT / AFP

Les négociations entre les représentants des salariés et des actionnaires de la SNCM, autour d'un médiateur nommé par le gouvernement, doivent reprendre ce matin, après 9 heures de discussions entamées lundi 7 juillet, pour peut-être permettre une sortie de grève au 14ème jour du conflit.

Par Grégoire Bézie avec AFP

"On ne va pas faire la saison tranquillement pour se faire manger à la rentrée"​

"D'ici demain (mardi, ndrl), le médiateur peut et doit revenir avec le déblocage attendu de l'actionnaire Transdev co-entreprise Veolia CDC, qui permette une mise en œuvre loyale de sa mission", a indiqué dans un communiqué laconique lundi soir la CFE-CGC, qui souhaite que la discussion débouche mardi sur "un projet de protocole et de calendrier, sécurisé et sûr".

Lundi soir les syndicats semblaient apprécier "la méthode" mise en oeuvre par le médiateur, Gilles Bélier, nommé il y a une semaine par le secrétaire d'Etat aux transports, alors que la grève va entrer mardi dans sa 3e semaine et pèse gravement sur l'économie locale.

Les discussions doivent également aborder la question d'un "moratoire" suggéré lundi par les collectivités territoriales, qui excluerait toute procédure judiciaire pendant quatre mois, le temps de permettre la finalisation d'un projet de reprise de la SNCM.

Le redressement judiciaire est en effet la solution préconisée par l'actionnaire majoritaire Transdev (66%). L'Etat - actionnaire à 25% et à qui les syndicats demandaient de clarifier sa position - a lui aussi fini par afficher son soutien à cette option.

Pour Gilles Bélier, la marge de manoeuvre pour réconcilier les parties semble étroite. Il n'est pas certain que la proposition de moratoire suffise à mettre un terme au conflit. Il n'y aura pas de reprise "tant qu'il n'y aura pas de garantie qu'il n'y aura pas tribunal de commerce", affirmait lundi matin Yann Pantel, de la CGT-Marins.

"On ne va pas faire la saison tranquillement pour se faire manger à la rentrée" a-t-il ajouté.

Négociations pour une sortie de grève à la SNCM
Dominique Moret pour France 3 Corse ViaStella

Ultimatum des organisations professionnelles corses

Pendant ce temps, sur le port de Marseille et en Corse, la situation était tendue. Sur le continent, le Kalliste, bateau de la Méridionale, seule autre compagnie assurant la liaison Corse-Marseille, est bloqué depuis 6 jours par des grévistes. La plupart des bateaux de croisière, qui assurent une manne financière à Marseille et Ajaccio, continuent à se dérouter vers d'autres ports.

Lundi, les représentants du monde économique marseillais - CCI, terminal de croisière, Union maritime et fluviale Marseille Fos, syndicat patronal - se sont alarmés des "conséquences graves et durables" de la grève, demandant "à l'Etat de rétablir la libre circulation des biens et des personnes".

En Corse, des centaines de représentants du monde économique se sont rassemblés lundi matin devant la préfecture de Bastia. Les organisations socio-professionnelles ont posé un ultimatum aux pouvoirs publics, demandant le déblocage du Kalliste et la sécurisation d'un quai à Marseille pour permettre les rotations Marseille-Corse d'ici à mardi 18h.

Très remontés après les incidents qui ont émaillés l'occupation de la préfecture vendredi à Bastia, les socioprofessionnels corses réclament la révocation du préfet de la Haute-Corse, alors qu'une enquête de l'IGPN et de l'IGGN (inspection générale de la police - de la gendarmerie - nationale). Les socioprofessionnels ont également appelé à suspendre le règlement de l'impôt sur les sociétés jusqu'à la fin du conflit.  

A l'issue de la médiation menée par Gilles Bélier, des AG devraient décider de la poursuite ou non du mouvement, mardi dans la journée ou mercredi matin.

Sur le même sujet

Corse : le tri se porte de mieux en mieux

Les + Lus