À l’ADMR de Corse-du-Sud, des associations dénoncent une absence de versement des aides mettant en péril leurs salariés

Le conflit enfle entre au sein des associations locales de l’ADMR des Deux Sorru et du Cruzini-Cinarca. Depuis plusieurs mois, elles ne touchent pas les sommes dues versées par la collectivité de Corse à la fédération qui nie ces accusations.

Les associations de l’ADMR des Deux Sorru et du Cruzzini-Cirnarca interpellent la Collectivité de Corse (CdC) par voie d’huissier. La CdC finance l’aide à la personne en payant la fédération de l’ADMR de Corse-du-Sud laquelle reverse aux associations.  

Problème, depuis le début de l’année les versements n’ont pas été effectués. 59 salariés en dépendent. “La situation financière est quand même très délicate. Là, nous sommes dans le souci permanent, nous n’avons pas une grosse trésorerie propre. Là, nous n’avons eu aucun versement de fédération, de la collectivité de Corse. Et nous sommes dans le souci pour le maintien des salariés”, explique Marie-José Antonietti, présidente de l'association de l'ADMR du Cruzzini-Cinarca. 

Un audit, commandité par la CdC, pointait des finances dégradées fin 2021 et posait la question de la survie de la fédération. Dans ce contexte, les associations parlent de rétention abusive des fonds et d’utilisation plus que critiquable et dangereuse.  

durée de la vidéo : 00h02mn55s
D.MORET ; S.LAPERA ©France Télévisions

“Demander à la collectivité de régler directement aux associations” 

S’adressant à la CdC, elles précisent : cette rétention nécessite qu’aujourd’hui, à nouveau, les associations requérantes sollicitent le versement direct des sommes dues, sans transit par la fédération. 

Nous sommes en droit de demander à la collectivité qu’elle nous verse directement les sommes des plans d’aide. La fédération n’est qu’un support. Elle est là pour rendre des services aux associations en matière comptable, en ressources humaines, en d’autres services si nous avons besoin. Mais nous ce que nous demandons c’est, de la part de la fédération, d’avoir une facturation des services que l’on nous rend et à ce moment-là, on paiera les services à la fédération. Mais elle n’est pas notre tutelle”, soutient Michel Artily, président de l'association de l'ADMR des Deux Sorru. 

Un risque de “mise en péril de la structure” 

De son côté, la conseillère exécutive en charge du social s’étonne du recours à un huissier. Pour Bianca Fazi, il s’agit essentiellement d’une affaire interne à l’ADMR.  

La collectivité a versé l’argent, comme depuis des années, à la fédération A du Pumonte. Actuellement, un règlement direct aux associations n’est pas faisable et je ne sais même pas s’il y a une jurisprudence. Il faut maintenant que le juridique de la collectivité expertise le dossier. Si c’est le cas, ça ne gêne pas la collectivité, mais personnellement, je pense que quand il y a cet éclatement au sein de la fédération et des associations, ça peut mettre en péril la structure”, déclare la conseillère exécutive. 

Dans sa réponse la fédération dit que les propos des présidents d’associations sont mensongers, qu’une convention les lie à la fédération. « Il est inadmissible de laisser croire que la FD ADMR 2A rencontre des problèmes de trésorerie dans la mesure où les salaires des 800 salariés ont toujours été honorés sans aucun jour de retard ». L’affaire pourrait se conclure devant le tribunal administratif.  

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité