Affaire Maxime Beux : le policier suspecté des violences renvoyé devant la cour d'assises de la Marne

Le tribunal judiciaire de Reims a ordonné, le 25 janvier 2021, la mise en accusation de Christophe Mercier devant la cour d'assises de la Marne. Le policier est suspecté d'être responsable de la blessure de Maxime Beux le 13 février 2016.

Maxime Beux, le 5 mars 2016.
Maxime Beux, le 5 mars 2016. © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Presque cinq ans jour pour jour se sont écoulés depuis ce soir d'après-match Reims-SC Bastia, le 13 février 2016, durant lequel Maxime Beux a perdu son œil dans des échauffourées avec les forces de l'ordre.

Pour le jeune homme, des violences policières seraient la cause de sa blessure. Un combat qu'il porte devant la justice depuis de longues années, et pour lequel se dessine désormais une "nouvelle étape décisive", selon son avocat, Me Benjamin Genuini. 

Le 25 janvier dernier, le tribunal administratif de Reims a ainsi ordonné la mise en accusation de Christophe Mercier, gardien de la paix mis en cause dans cette affaire, devant la cour d'assises de la Marne pour "violences volontaires avec usage ou menace d'une arme ayant entraîné une mutilation permanente".

L'ordonnance que France 3 Corse Via Stella a pu consulter a été transmise aux parties civiles et à la défense le jour-même. Christophe Mercier aurait selon nos informations choisi de faire appel de cette décision.

Un renvoi "très positif" pour la partie civile

Du côté des conseils de Maxime Beux, on reste pour l'heure "prudents". "Nous n'avons pas encore la certitude que l'appel ne soit pas suivi", estime Me Genuini. Plus encore, il faudra faire preuve de patience avant un prochain procès, qui n'aurait pas lieu avant "six mois, au minimum".

"Mais de toute évidence, ce renvoi devant la Cour d'assise est très positif", se félicite l'avocat. "Mon client est rassuré de voir les choses bouger après cinq ans de combat, cinq passés à faire en sorte que la vérité finisse par éclater."

"Il s'est passé beaucoup de choses au cours des deux dernières années", rappelle Me Benjamin Genuini. 

En commencant par le placement sous contrôle judiciaire du policier [en novembre 2018, avec interdiction d'exercer sur la voie publique et de porter une arme; ndlr], ainsi que sa mise en examen [en avril 2019; ndlr], l'organisation d'une reconstitution, une confrontation [en avril 2019, entre Maxime Beux et Christophe Mercier devant un juge d'instruction du tribunal de grande instance de Reims; ndlr], "et désormais ce renvoi. Ce sont toutes des choses qui vont dans le bon sens et on ne peut que s'en satisfaire."

Pour le conseil du supporter bastiais, il y a encore aujourd'hui "une vraie attente de la population corse, des années après, de connaître les suites de cette affaire, qui avait à l'époque beaucoup choqué. Maxime Beux dispose en plus du soutien de ses proches d'un vrai soutien populaire."

Nous n'avons à cette heure pas pu joindre la défense de Christophe Mercier.

Deux versions d'une même soirée

Pour rappel, cette nuit du 13 février 2016 Maxime Beux, en compagnie d'autres supporters, fait le déplacement à Reims pour soutenir le SC Bastia, dans le cadre de la 26e journée de Ligue 1.

La rencontre se clôture sur une victoire 1-0 pour le SCB. Mais très vite, la soirée de célébrations dégénère. Des incidents entre forces de l'ordre et "Ultras" se déclarent dans le centre-ville rémois.

Deux récits des événements s'opposent : le premier présente des Ultras "provoquants", violents, et chantonnant des "slogans fascistes", forçant les forces de l'ordre à charger pour ramener le calme, puis à escorter les bus des supporters hors de la ville.

Le second dresse une toute autre réalité : selon le club de supporters Bastia 1905, ce serait des forces de police "surexcitées et armées", qui auraient "décidé de charger sans discernement ni maîtrise".

La soirée se clôture avec l'interpellation et le placement en garde à vue de neuf supporters bastiais. Plusieurs sont blessés, dont un gravement : Maxime Beux, alors âgé de 22 ans, qui perd son œil.

Mais là encore, les raisons de cette blessure ne sont pas les mêmes entre la partie civile et la défense. Maxime Beux assure avoir été victime de violences policières. Selon lui un tir de flashball ou un coup de matraque serait à l’origine de son infirmité permanente. Le policier incriminé a quant à lui toujours affirmé que le supporteur corse, déséquilibré par un coup à l'épaule, était tombé tête la première sur un poteau alors qu'il tentait de s'enfuir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité