Aleria : un berger menacé de perdre son terrain, une cinquantaine de personnes mobilisées contre la spéculation foncière

Ce samedi 16 septembre, un rassemblement a été organisé à Aleria en soutien à un berger. Cette "Accolta paisana" dénonce la vente d'un terrain qu'exploite ce dernier et parle de spéculation sur des parcelles agricoles.

Une cinquantaine d’agriculteurs et d’habitants d’Aleria se sont réunis, ce samedi 16 septembre, en soutien à Tony Manenti. Dans l’assistance, se trouvaient également des représentants politiques et notamment des élus des partis Core in Fronte, comme Paul-Félix Benedetti, et Femu a Corsica.

Tous dénoncent la vente du terrain sur lequel est organisée la manifestation. Ses propriétaires souhaitent le diviser en cinq parcelles de 500 mètres carrés chacune, entraînant par conséquent le départ du berger.

« Le règne de l’argent roi »


Les protestataires dénoncent : « le règne de l’argent roi », « le détournement des terres agricoles » et selon eux la situation de Tony Manenti est loin d’être isolée, la problématique se pose partout sur le territoire insulaire. « Ça pose un problème culturel, foncier, ça découle une spéculation où les gens ne peuvent plus se loger tout en dévoyant des terres qui sont, par essence, nourricières », estime Bernard Antoine Acquaviva, agriculteur.

Néanmoins, une solution pourrait être trouvée à Aleria. La Safer (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural) a ainsi fait connaître sa volonté de préempter la vente de ces parcelles agricoles. En attendant, l’ensemble des personnes mobilisées ce samedi se dit prêt à rester mobilisé si une telle situation venait à se reproduire ailleurs en Corse. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité