L’ancien ministre Jérôme Cahuzac est libre 

Publié le
Écrit par France 3 Corse
La cour d'appel de Bastia a confirmé le 8 septembre la libération conditionnelle de Jérôme Cahuzac accordée en juin et contre laquelle le parquet avait fait appel.
La cour d'appel de Bastia a confirmé le 8 septembre la libération conditionnelle de Jérôme Cahuzac accordée en juin et contre laquelle le parquet avait fait appel. © Eric Feferberg / AFP

Il n'est plus tenu de porter son bracelet électronique. L'ancien ministre du Budget avait été condamné en 2018 pour fraude fiscale. La cour d'appel de Bastia a confirmé le 8 septembre sa libération conditionnelle accordée en juin et contre laquelle le parquet avait fait appel.

Jérôme Cahuzac a reçu l’autorisation d’enlever son bracelet électronique rapporte le Journal Du Dimanche (JDD) ce 20 septembre. 

Ainsi, le 8 septembre dernier, la cour d’appel de Bastia a confirmé sa libération conditionnelle, accordée en juin, et contre laquelle le parquet avait fait appel

Pour rappel, en 2018, l’ancien ministre du budget sous François Hollande a été condamné à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale. Une peine assortie de 300.000 euros d’amende, intégralement réglée selon le JDD, et cinq ans d’inéligibilité. 

Sans bracelet durant la crise du coronavirus

Selon l’hebdomadaire, l’ancien parlementaire et chirurgien esthétique à la retraite avait déjà été autorisé à retirer son bracelet électronique pour travailler à temps plein à l’hôpital de Bonifacio, où il réside, au plus fort de la crise du coronavirus. 

Un établissement dans lequel Jérôme Cahuzac évolue depuis l’automne 2019, entre trois et quatre matinées par semaine, après avoir reçu l’aval du conseil national de l’ordre des médecins, en juin de la même année, de continuer à exercer malgré sa condamnation. 


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.