Assemblée générale d'U Levante : "Nous nous battons pour que la loi soit applicable à tous"

Samedi 11 mai, U Levante a tenu son assemblée générale annuelle à Riventosa. À l'issue de la réunion, Dominique Gambini, membre de la direction collégiale de l'association de défense de l'environnement, a accordé un entretien à France 3 Corse.

U Levante a tenu son assemblée générale samedi 11 mai à Riventosa. L'occasion de dresser le bilan annuel des actions menées par l'association de défense de l'environnement.

Malgré les critiques, elle dénonce une fois de plus l'inaction de l'État en matière de défense de l'environnement et de constructions illégales. 

Dans la salle, étaient également présents des représentants de deux collectifs antimafia.

À l’issue de la réunion, Dominique Gambini, membre de la direction collégiale de l'association, a répondu aux questions de France 3 Corse.

France 3 Corse : L'association U Levante se retrouve souvent seule devant les tribunaux, seule à ester en justice. Avec les nombreuses polémiques de ces derniers mois, avez-vous également l'impression d'être isolé au sein de la population ? 

Dominique Gambini : Non, pas spécialement. On est isolé lorsque la population n'est pas au courant de la chose. Sans citer des cas bien particuliers, ce n'est pas U Levante qui se bat tout seul. U Levante se bat pour la Corse et pour le bien commun de tous, pour que la loi soit applicable à tous et pas à ceux qui “gueulent” le plus ou à ceux qui sont les plus riches.

Nous, on essaie de se dire que, si en Corse, il n'y a pas des lois applicables à tous, ça risque d'être un “massacre”. Progressivement, il faut arriver à faire en sorte que le préfet applique vraiment les lois. Pourtant, il y a des gens qui ont des autorisations de faire ce qu'ils veulent, et il y en a d'autres qui ne peuvent pas faire ce qu'ils veulent. C’est donc ça qui risque, au niveau de la Corse, de créer progressivement des problèmes entre les différents habitants.  

Le problème n’est pas d’accuser untel ou untel. [...] Nous, ce qu’on veut, c’est trouver des solutions.

Dominique Gambini

U Levante

Vous le dites depuis des années mais, estimez-vous encore, aujourd’hui, qu'il y a une absence d'action de la part des pouvoirs publics, notamment de l'État et aussi de la Collectivité de Corse ? 

Ça, certainement. Mais ne mélangeons pas les deux. On avait demandé que paraissent sur un site, par exemple de la préfecture, les zones qui sont constructibles ou pas, les permis de construire, les numéros des permis de construire et cetera. Cela fait des années que U Levante le demande pour que justement si, demain, vous voulez construire, vous puissiez dire "tiens, là je peux, là je ne peux pas". Eh bien, les différents préfets ont toujours refusé qu'il y ait un site avec les possibilités de voir s'il y a un permis de construire. Il y a donc une responsabilité de l'État. On l'a vu dernièrement dans une affaire que je ne citerai pas où un préfet a signé des permis légaux et il a perdu.

Les deux collectifs antimafia étaient présents dans la salle. C'est un combat que vous portez depuis des années. Dans ce domaine-là, il y a eu la loi sur la confiscation des biens mal acquis, une réforme sur le statut de repenti. Avez-vous l'impression d'avoir obtenu des victoires ? Selon vous, ce combat porte-t-il réellement ses fruits ?

Ce sont surtout eux (les collectifs) qui l'ont porté. Là aussi, le problème n’est pas d’accuser untel ou untel, ou tel maire qui a donné un permis de construire. Ce n’est pas ça notre problème. Nous, ce qu’on veut, c’est trouver des solutions. Et lorsqu'on voit des gens qui ont été condamnés plusieurs fois et qui peuvent à nouveau déposer des projets d'entreprise ou autres, il faut quand même que l’État, le préfet et la loi fassent notre travail. Nous, on attend qu'une chose : que U Levante puisse s’arrêter et que, sur le terrain, le préfet et les différents organismes fassent vraiment leur boulot. C’est ça qui nous intéresse. 

L'entretien de Dominique Gambini réalisé par Paul Salort et Inès de Pampelonne : 

durée de la vidéo : 00h03mn21s
U Levante ©P. Salort - I. de Pampelonne - S. Regoli