Collectivité de Corse : passe d'armes entre le SNT et le Directeur général des services

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S.

Le syndicat regroupant des agents de la fonction publique territoriale fustige dans un communiqué l'attitude de Ghislain Gomart, DGS de la Collectivité de Corse. Dans la foulée, Gilles Simeoni a répondu au SNT.

Le torchon brûle à la Collectivité de Corse entre le Syndicat national des territoriaux (SNT) et le Directeur général des services (DGS), Ghislain Gomart. En témoigne le communiqué publié lundi 4 juillet par le syndicat regroupant une partie des agents de la fonction publique territoriale.

"Psychorigide, moqueur, inflexible, anti-corse, belliqueux". Tels sont les mots du SNT à l'égard du DGS nommé en février dernier.

"Le pilote DGS du train est lancé à toute vitesse pour détruire sur son passage les avantages acquis des personnels de la CDC, est-il écrit dans le texte intitulé "l'imposture".

"Le DGS est censé incarné une vision de ce que nous sommes et est en fait tout le contraire de ce qui nous a été annoncé", tance le SNT.

En plus de critiquer l'attitude de Ghislain Gomart, le syndicat pointe également celle de "cadres prêts à tout pour se faire mousser". Et d'ajouter : "cette mini-armée sans âme ni conscience démarre un travail de remise en cause des acquis sociaux."

"A-t-on besoin une fois de plus (après l'épisode Lelarge) de la présence d'un tel haut fonctionnaire qui dessert la cause de la Corse et des Corses ?", s'interroge le SNT.

La "mise au point" de Gilles Simeoni

Dans la soirée de lundi, le président du Conseil exécutif de Corse a lui aussi pris la plume pour s'adresser aux agents de la CDC et réagir au texte du syndicat.

"Ce communiqué impose la mise au point suivante, expose Gilles Simeoni. Sur la forme, la liberté syndicale, y compris, la liberté syndicale d'expression écrite et orale, ne se confond ni avec les injures ni avec les mises en cause calomnieuses et ad hominem."

"Sur le fond, poursuit-il, la mise en cause du Directeur général des services, auquel le SNT reproche notamment d'être "anti-corse" sur fond d'arguments aussi infondés que populistes, est indigente et atterrante. Cette façon de procéder est indigne d'une organisation syndicale."

Cette passe d'armes par communiqués interposés s'inscrit dans un contexte tendu à la Collectivité de Corse.

Le 29 juin dernier, des syndicats, dont le SNT, avaient dénoncé "de mauvaises conditions de travail dues à la chaleur et à un système de climatisation vétuste et inopérant dans certains bureaux".