Commando Erignac : Pierre Alessandri et Alain Ferrandi transférés en Corse ce lundi

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S.

Incarcérés jusqu’à présent sur le Continent pour l’assassinat du préfet Erignac, les deux détenus sont arrivés ce lundi dans l'île. Après avoir atterri à 12h45 à Poretta, ils ont été transférés en hélicoptère au centre pénitentiaire de Borgo.

"Ces détenus seront transférés d'ici la mi-avril." L’annonce du rapprochement dans l’île de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi avait été faite par le Premier ministre Jean Castex il y a près de trois semaines.

Ce lundi, les deux détenus insulaires ont atterri à Bastia-Poretta puis ont été transférés en hélicoptère au centre pénitentiaire de Borgo. L'appareil s'est ensuite posé au cantonnement de gendarmerie jouxtant l'établissement, puis les deux détenus ont été conduits au sein de la prison à bord de deux véhicules banalisés. 

Incarcérés depuis mai 1999 sur le Continent, tous deux ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité (assortie d'une période de sûreté de 18 ans) pour l’assassinat du préfet Erignac.

Détenus respectivement depuis 8 et 16 ans à la maison centrale de Poissy (Yvelines), Pierre Alessandri (63 ans) et Alain Ferrandi (62 ans) demandent depuis plus de sept ans leur transfert - au titre du rapprochement familial - dans un établissement pénitentiaire de l’île.

Jusqu’à présent, celui-ci leur avait toujours été refusé au motif de leur inscription au fichier des "Détenus particulièrement signalés" (DPS).

Levée du DPS

Le 11 mars dernier, dans un contexte très tendu marqué par l’agression mortelle d’Yvan Colonna à la centrale d’Arles, le Premier ministre avait annoncé, "dans un esprit d’apaisement", la levée de leur statut de DPS.

Le 1er avril, les deux hommes avaient signé leur ordre de transfert vers la prison de Borgo.

Dix jours plus tard, ils doivent donc rejoindre le centre pénitentiaire situé au sud de Bastia où ils continueront de purger leur peine.

Tous deux libérables depuis mai 2017, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri ont également présenté un projet de semi-liberté devant le tribunal d'application des peines antiterroriste. Les décisions seront rendues le 21 avril pour le premier précité, et le 12 mai pour le second.