Essai clinique de la chloroquine en Corse : 25 personnalités du monde médical soutiennent Gilles Simeoni

Elus et médecins demandent à faire de la Corse un territoire pilote dans le traitement à la chloroquine. / © Nicolas CREACH /Maxppp
Elus et médecins demandent à faire de la Corse un territoire pilote dans le traitement à la chloroquine. / © Nicolas CREACH /Maxppp

Mercredi 8 avril, 25 personnalités du monde médical ont manifesté leur soutien à Gilles Simeoni dans sa démarche de faire de l'île un territoire pilote du traitement à la chloroquine. La veille, le ministre de la Santé a déclaré : "je ne prendrai pas de pari sur la santé des Corses."

 

Par P.Sauthier

25 personnalités du monde médical, comprenant des professeurs, des chercheurs et des médecins de Marseille et de Corse, notamment, affichent leur soutien à Gilles Simeoni. 

Dans un communiqué, publié mercredi 8 avril, tous disent "s'associer publiquement à la démarche initiée par le président du conseil exécutif de Corse" pour faire de l'île un territoire pilote du traitement à la chloroquine. "Nous sommes préoccupés de l'avenir de notre île et de sa population, très exposée au Covid-19. [...] Nous espérons que les autorités gouvernementales accèderont sans tarder aux espérances légitimes de la collectivité de Corse et de la population", précisent-ils. 
 



Des tests dans la médecine de ville

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFTV-RMC, mardi 7 avril, le ministre de la Santé a répondu à l’appel de Gilles Simeoni et de nombreux élus corses pour faire de l’île un territoire pilote du traitement à la chloroquine.

"C’est toute la France aujourd’hui qui est terre d’expérimentation de l’hydroxychloroquine ", a expliqué le ministre, précisant que des dizaines de protocoles d’expérimentation clinique étaient actuellement en cours. "Il y a également des protocoles qui impliquent la médecine de ville", précise-t-il.

Mais il tempère : "Si j’avais la moindre preuve statistiquement étayée, validée par la communauté scientifique, validée par les autorités médicales, par l’agence du médicament, par le Haut Conseil de sécurité publique, si j’avais le moindre argument qui me permette de répondre à Gilles Simeoni ou à l’ensemble des français dans l’attente ou l’impatience de pouvoir bénéficier d’un traitement contre la maladie, si j’avais le moindre argument étayé, je prendrais sans attendre la décision de l’autoriser largement.

Pour lui, il faut "continue[r] la recherche jusqu’à trouver quelque chose qui fonctionne." "Je ne prends pas de pari sur la santé des français pas plus que je ne prendrai de pari sur la santé des Corses", conclut le ministre de la Santé.
La réponse d'Olivier Véran à Gilles Simeoni sur BFMTV
"Je ne prendrai pas de paris sur la santé des Corses", répond le ministre de la Santé Olivier Véran à l'appel lancé par Gilles Simeoni et de nombreux élus corses pour faire de la Corse un territoire pilote du traitement à la chloroquine.

 A l'initiative de Gilles Simeoni, des politiques de tous bords et des médecins insulaires signaient samedi une lettre ouverte à Edouard Philippe pour faire de la Corse un territoire pilote pour "le lancement d’un essai clinique relatif à l’utilisation de l’hydroxychloroquine associée à l’Azithromicine contre le Covid-19 et intégrer d’autres essais cliniques du même type."


Eviter le risque de saturation des hôpitaux

"Les professionnels de santé considèrent de façon très majoritaire que la possibilité de bénéficier d’une chance supplémentaire en anticipant l’aggravation de la maladie par un traitement adapté, éviterait […] le risque de saturation des structures hospitalières et de leurs personnels déjà sous tension et affaiblis", écrivent les signataires.
Gilles Simeoni : "la balle est dans le camp du Premier ministre"

Ils demandent la possibilité pour les médecins, y compris non-hospitaliers, de préscrire le traitement préconisé par le professeur Raoult, en accord avec les patients, dès les premiers symptômes. "Cet essai pourrait être rattachés et intégrés à un essai clinique déjà en cours", écrivent-ils.

Depuis mardi par exemple, le CHU d’Angers pilote ainsi une vaste étude sur le traitement, en collaboration avec une trentaine d’établissements français.

Contribuer aux avancées de la science

"Le fait que la Corse soit un milieu insulaire, globalement clos, mais aussi le maillage du territoire par les Centres médicaux avancés de lutte contre le Covid-19", justifie aux yeux des signataires ce choix "tant pour répondre aux besoins et contraintes spécifiques du territoire et de sa population, que pour contribuer aux avancées de la science en matière de traitement coronavirus."

La lettre est adressée au Premier ministre par Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, elle est consignée par Jean-Guy Talamoni et les présidents des différents groupes élus à la Collectivité de Corse, les députés de l’île (à l’exception notable de Jean-Jacques Ferrara, député de la première circonscription de Corse-du-Sud), le Président de l’ordre régional des médecins et les présidents départementaux du conseil de l’ordre des médecins (voir encadré ci-dessous).
 

Liste des signataires

Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse 
Michel Castellani, Député de la 1ère circonscription de Haute-Corse
Jean-Félix Acquaviva, Député de la 2ère circonscription de Haute-Corse
Paul-André Colombani, Député de la 2ère circonscription de Corse-du-Sud
Joseph Castelli, Sénateur de la Haute-Corse
François Pupponi, Député de la 8ème circonscription du Val-d'Oise
François Alfonsi, Député européen
Vanina Borromei, Bianca Fazi, Josepha Giacometti-Piredda, Lauda Guidicelli, Marie-Antoinette Maupertuis, Jean-Christophe Angelini, Jean Biancucci, Saveriu Luciani, Lionel Mortini, François Sargentini, Conseillers exécutifs de Corse
Valérie Bozzi  (Groupe La Corse dans la République - A Corsica ind’è a Republica), Hyacinthe Vanni (Goupe Femu A Corsica), Petr’Antone Tomasi (Groupe Corsica Libera),  Pierre Poli (Groupe Partitu di a Nazione Corsa), Jean-Charles Orsucci (Groupe Andà per Dumane), Jean-Martin Mondoloni (Groupe Per l'Avvene), Présidents de groupes politiques de l’Assemblée de Corse
Paul Scaglia, Président du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel de Corse
Pierre Savelli, Maire de Bastia
Camille Martelli et Petru-Antone Vesperini, Vice-Président(e)s de l’Assemblea di a Ghjuventù
Dominique Federici, Président de l’Università di Corsica
Dr Michel Mozziconacci, Président du Conseil Régional de l’Ordre des Médecins de Corse
Dr Bruno Manzi, Président du  Conseil de l’Ordre des Médecins de Haute-Corse
Dr Jean Canarelli, Président du Conseil de l’Ordre des Médecins de Corse du Sud
Dr Antoine Grisoni, Président de l’URPS-ML de Corse
Antoine Aiello, Président du Collectif « Anti-Covid19 Corsica »

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus