Corse : un débat en ligne du collectif « Maffia No, A Vita Iè » sur la dérive mafieuse durant la crise du Coronavirus


La dérive mafieuse durant la crise sanitaire du coronavirus. C’est le thème du débat en ligne animé par trois membres-fondateurs du collectif « Maffia No, A Vita Iè ». La séance se déroule ce samedi 2 mai sur le site du collectif, sa page Facebook et sa chaîne Youtube. 

ARCHIVES - le collectif Maffia No, A Vita Iè a été créé en septembre 2019.
ARCHIVES - le collectif Maffia No, A Vita Iè a été créé en septembre 2019. © FTVIASTELLA
Ce samedi 2 mai, à 18 heures, trois membres-fondateurs (Léo Battesti, Marie-France Giovannangeli et Vincent Carlotti) du collectif « Maffia No, A Vita Iè » vont animer un débat autour de la dérive mafieuse en temps de Coronavirus. 

 

Parmi les dossiers au programme : la réserve de Scandola. La zone pourrait perdre son diplôme européen d'espace protégé, une distinction obtenue en 1985. La faute à une surfréquentation touristique qui n'aurait pas été correctement prise en charge.
 

Crise des déchets

Il sera aussi question des déchets. Le 15 avril dernier, une opération de déstockage des milliers de balles de déchets entreposées dans l’île a débuté à Ajaccio, Bastia et Porto-Vecchio. En tout, 21.000 tonnes d’ordures vont être expédiées en Provence-Alpes Côte-d’Azur afin d’être traitées dans les centres de Nice, Fos-Sur-Mer et Vedène. Un choix qui a notamment insurgé l’association de défense de l’environnement Zeru Frazu

Créé à Ajaccio le 25 septembre 2019, le collectif "A Maffia Nò, a vita iè" souhaite "éveiller les consciences" à l'égard de "la mafioisation de la société". Au fondement du collectif, Léo Battesti, président de la ligue corse d'échecs et ancien militant du FLNC, et Vincent Carlotti, ancien maire d'Aléria.

Les débat seront diffusés sur le site du collectif, sa page Facebook et Youtube. Les participants pourront intervenir via les commentaires. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société banditisme faits divers criminalité déchets ménagers environnement