Les Ajacciens ont ramené un bon point de Laval. Les Bastiais, de leur côté, ont échoué à confirmer les bons résultats des dernières semaines face à Rodez.

L'ACA continue, avec application, de creuser son sillon. Match après match, Olivier Pantaloni et ses hommes affichent leur détermination à rester dans le haut du championnat de L2. Et démontrent qu'ils en ont les moyens.

Hier soir, c'était sur la pelouse du 3e, Laval, qu'ils se présentaient. Le début de la rencontre n'était pas franchement emballant. Il fallait attendre la 20e minute pour assister une première action franche, sur une frappe de Roye au-dessus des cages du gardien insulaire. Dans la foulée, Laval se fait plus tranchant, et l'ACA, bien en place, peine à se montrer dangereux.

Sang-froid

À la 32e minute, Tchokounte trompe Michel d'une tête à bout portant, et ouvre le score pour les Lavallois. (0 - 1).

Mais l'ACA a prouvé, cette saison, qu'il avait des ressources. Mangani et les siens ne baissent pas les bras, et à la 60e minute, sur l'un de ses premiers tirs cadrés, Ajaccio revient au score, par Ibayi (1-1).

Plutôt satisfaits de ce résultat nul, les Acéistes n'ont pas vraiment forcé leur chance, au risque de se découvrir et de se mettre en danger. Avec sang-froid, et faisant preuve d'une belle solidarité, les visiteurs ont maîtrisé leur fin de rencontre, et, hormis une occasion de Vargas dans les dernières minutes, n'ont pas vraiment tremblé jusqu'au coup de sifflet final.

L'ACA ramène un point important, alors que les écarts sont très réduits dans la première partie de tableau, et que seuls trois points séparent les Corses, 6e, du Paris FC, 12e.

Errements

Du côté de Furiani, l'ambiance était bien différente. Les Bleus restaient sur deux victoires consécutives, pas vraiment flamboyantes dans le jeu, mais rassurantes, après les errements des semaines passées. 

Pour autant, on le sait, cette saison, le SC Bastia est branché sur courant alternatif, et la rencontre d'hier soir, face à Rodez, l'a une fois de plus prouvé.

Lilian Laslandes et Michel Moretti, confirmés sur le banc d'entraîneur cette semaine, ont connu leur première défaite à la tête de l'équipe bastiaise.

Christophe Vincent et ses coéquipiers semblaient être entrés sur la pelouse avec les meilleures intentions. Mais assez vite, on devine que Rodez, bien en place devant son but, n'hésitera pas à se saisir de la moindre opportunité de faire mal à ses hôtes. Et à la 35e minute, sur un corner, Haag, seul au point de penalty, crucifie Placide d'une tête puissante. (0-1).

Les Bleus ne renoncent pas pour autant, et tentent des choses, mais on sent que l'édifice reste fragile. Le Sporting peine à se montrer dangereux, la faute à trop d'erreurs techniques, et une impuissance tenace sur les coups de pied arrêtés.

Hountondji, dès la 55e, va doucher les maigres espoirs bastiais, en aggravant le score de belle manière (0-2).

Le Sporting Club de Bastia, 16e avec 29 points, se rendra la semaine prochaine à Auxerre, leader incontesté du championnat, dont la dernière défaite remonte au mois de novembre...

La fin de saison ne s'annonce pas de tout repos pour les Bastiais et leurs supporters.