Les secrets d’une bonne galette des rois

Fêtée par les chrétiens, l'épiphanie est, en réalité inspirée, d'une fête païenne. Aujourd'hui, elle est, pour beaucoup, devenue l'occasion de déguster une galette des rois. 30 millions d'entre elles sont consommées en France tous les ans durant cette période. Illustration à Ajaccio. 

La période des fêtes de fin d'année est terminée, mais pas le temps de souffler. Dans une boulangerie du centre-ville d'Ajaccio, l'épiphanie est un moment important.

Au programme ce matin-là : la préparation des galettes. « Là on commence par mettre le fond de notre frangipane et le dessus. Et après on va commencer à mettre la crème d’amande dedans. Une fois que la crème est mise, on pose notre fève. Je pose le dessus, après une dorure, de l’œuf. Four à 200 degrés et c’est partie pour 45 minutes », explique Samir Sakatni, pâtissier. 

Entre brioche et frangipane, près de 400 pièces sont vendues durant cette période. « Le secret pour faire une bonne brioche, c’est très simple, le tout c’est d’avoir des produits de qualité. Vous devez acheter de très bons fruits confits et laisser la pâte travailler », précise Marie-Antoinette Galeani, gérante d’une boulangerie ajaccienne.

Intervenants : Samir Sakatni Patissier ; Marie-Antoinette Galeani Gérante de la boulangerie. Reportage : Renucci Marc Antoine ; Lapera Stéphane ; Martini Wendy.

Histoire de la Corse


Et qui dit galette dit forcément, fève. Ces dernières sont personnalisées à l'effigie de grands noms de l'histoire de la Corse. « Cette idée est née du fait que j’adore l’histoire, j’adore la Corse et j’adore Ajaccio, ma ville, parce que nous sommes vraiment une très vieille famille ajaccienne. On n’oublie pas aussi la Haute-Corse et toutes les régions de toute façon », continue Marie-Antoinette Galeani. 

Autre lieu, autre rendement. Dans ce magasin de la grande distribution, on écoule, actuellement, environ 250 galettes par jour. « Je préfère la frangipane parce que je trouve qu’au goût c’est meilleur », indique une cliente.

Ici, les galettes ne sont pas maison, elles sont livrées par un fournisseur corse. Il faut compter sept euros la couronne briochée, contre une vingtaine d'euros en boulangerie.


L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Corse ViaStella
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité