Vaccin Covid-19 : cinq questions que vous vous posez peut-être sur la troisième dose ou dose de rappel

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pauline Sauthier

Les nouvelles recommandations du gouvernement et de la Haute Autorité de Santé vont-elles accélérer la désactivation de mon pass sanitaire? Pourquoi une troisième dose ? Quelle efficacité contre le variant Omicron ? Alors que le débat évolue chaque jour, au gré de l'apparition de nouvelles connaissances, nous vous proposons de faire un point.

1) A quelle date précise mon pass sanitaire va-t-il être désactivé ?

Vendredi dernier, le Premier ministre Jean-Castex a annoncé un changement de stratégie face à la vague Omicron qui s'annonce. "A partir du 3 janvier prochain, le délai avec la deuxième dose pour avoir accès à la dose de rappel passera de 5 à 4 mois". Pour l'instant, il n'y a pas de conséquence directe entre cette annonce et la désactivation du pass sanitaire (qui devrait évoluer en pass vaccinal).

Les règles sont les suivantes : depuis le 15 décembre pour les plus de 65 ans et à partir du 15 janvier pour les personnes de 18 à 65 ans, le pass sanitaire est désactivé pour toute personne n'ayant pas effectué de rappel vaccinal au moins 7 mois après sa dernière injection de vaccin ou 6 mois après sa dernière infection au Covid-19.

Ce jeudi, le ministère de la Santé a confirmé au Parisien que les contaminations récentes au Covid-19 étaient incluses dans l'avant-projet de loi instaurant un pass vaccinal. 

Le site https://monrappelvaccincovid.ameli.fr/ permet de faire un point précis en fonction de votre situation.

Par exemple : vous avez 30 ans et vous avez effectué votre deuxième dose de vaccin Pfizer le 12 août. Vous serez éligible à une dose de rappel dès le 3 janvier (conformément aux annonces de Jean Castex) mais vous avez jusqu'au 14 mars pour le faire.

Autre exemple : Vous avez 30 ans et vous avez été testé positif au Covid-19 le 12 août 2021. Vous serez éligible à la vaccination dès le 12 janvier. Votre pass sanitaire sera désactivé le 12 février 2022.

2) Après le rappel de vaccin, faut-il compter une semaine pour que le pass sanitaire se réactive, comme après la deuxième dose ?

"Cela dépend de la personne, de son vaccin et du nombre de dose qu'il lui faut pour compléter son schéma vaccinal. Si la personne est dans les délai (qu'elle complète son schéma moins de 7 mois après la dernière dose), il n'y a pas de temps de latence", explique-t-on à l'Agence régionale de Santé de Corse. Sinon, si ce n'est pas le cas, il peut y avoir un délai le temps que le vaccin fasse effet.

"Si vous faites le rappel dans le mois qui suit votre date d’éligibilité, votre précédent « pass sanitaire » restera valide une semaine de façon à couvrir cette période", précise un site de questions/réponses mis en place par le gouvernement.

3) Je ne suis pas considéré comme fragile, je compte attendre 7 mois pour faire ma troisième dose ?

"Pour le système immunitaire un rappel n'est pas une simple répétition mais permet d’acquérir une protection plus importante et plus large. C’est pour cela que l’on dit que la dose de rappel « booste » l’immunité et permet de produire suffisamment d’anticorps pour neutraliser le nouveau variant", rappelait l'Agence régionale de Santé de Corse dans un récent communiqué.

Depuis ce vendredi 24 décembre, la Haute Autorité de Santé française préconise de faire sa dose de rappel dès trois mois après la dernière injection. "Le double objectif étant à nouveau de limiter au maximum le nombre de nouveaux cas d’infection et de formes graves et d’éviter la saturation des établissements de santé", précise l'organisme public. Il rappelle les caractéristiques du variant Omicron : "beaucoup plus contagieux que le Delta", il "semble échapper partiellement aux vaccins. Les premières données en vie réelle suggèrent en effet que les vaccins actuellement utilisés en France sont efficaces contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron à 80 % à 1-2 mois, mais perdent plus rapidement leur efficacité qu’avec les variants précédents : 34 % à 4 mois après une primovaccination avec le vaccin de Pfizer. Ces mêmes données montrent une remontée de l’efficacité vaccinale à 75 % deux semaines après une dose de rappel."

Selon les données de l'Institut Pasteur, l'accélération de la campagne de rappel pourrait réduire la taille du pic d’hospitalisations de 9 à 17 %.

La Haute Autorité conseille que les personnes âgées de 12 à 17 ans considérés comme fragiles soient aussi concernées par la dose de rappel.

La Corée du Sud, le Royaume-Uni, la Grèce et l'Irlande préconisent également d'attendre 3 mois avant d'effectuer sa dose de rappel.

"Le vaccin réduit la contamination, la contagiosité, c'est-à-dire qu'on est moins contaminé quand on est vacciné, précisait Olivier Véran dans une interview pour le média en ligne Brut. Si vous êtes vacciné, vous avez moins de risque de contaminer vos parents, vos grands-parents et leurs amis, vos tantes, vos oncles, vos collègues de boulot qui sont plus fragiles que vous."

4) Pour les personnes fragiles qui ont reçu le 3e dose il y a quatre mois, faut-il s'inquiéter ? Le vaccin est-il toujours efficace ?

"Pour certaines personnes très fragiles sur avis médical il peut y avoir trois ou quatre doses", nous rappelle l'Agence régionale de Santé. "Ces personnes sont généralement suivies par plusieurs médecins qui feront leurs recommandations."

5) Où recevoir sa dose de rappel en Corse ?

Au 19 décembre, en Corse, 73 % des plus de 12 ans ont un schéma complet de vaccination et 35, 4 % ont reçu une dose de rappel.

Voici la carte des centres actuellement ouverts en Corse. En cliquant sur le nom de la commune qui vous intéresse, vous trouverez également les horaires d'ouverture du centre pendant les fêtes. Les pharmacies et certains professionnels de santé vaccinent également. Retrouvez toute l’offre sur www.sante.fr

Question complémentaire : Combien de dose de vaccin faudra-t-il effectuer avant de parvenir à l'immunité collective ?

"On espère que ce ne sera que trois, répondait récemment le ministre de la Santé Olivier Véran. Mais s'il y a besoin d'une quatrième dose, d'une cinquième dose, s'il faut refaire des rappels dans un an, ou dans six mois on le demandera aux Français, en responsabilité."

Le 23 décembre, Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur le 

danger de ne fournir en doses de rappel de vaccin que les pays déjà massivement vaccinés.