Le mouvement indépendantiste Nazione organise une action à Olmeto-Plage pour dénoncer la "spéculation immobilière" en Corse

Ce dimanche 19 mai, des militants du mouvement indépendantiste Nazione se sont regroupés devant une propriété située à Olmeto-Plage. Objectifs affichés de la mobilisation : alerter sur la "dépossession de la terre corse" et protester contre la "spéculation immobilière".

C'est une action symbolique pour le mouvement indépendantiste.

Ce dimanche, une soixantaine de militants de Nazione se sont rassemblés devant une propriété située à Olmeto-Plage, afin de dénoncer la "dépossession de la terre corse" et la "spéculation immobilière".

Cette maison est présentée comme "emblématique" de la situation en Corse : "Elle a été vendue ces dernières années à trois reprises, pour des millions d'euros. Elle appartient aujourd'hui à une duchesse... Si l'Etat français a bien encaissé des taxes énormes, notamment sur la plus-value, la Corse elle, n'y a rien gagné, à part des nuisances et la dépossession de notre terre. Cette maison a été vendue en 2021 pour 5 679 481 € ! C'est une maison de 300 m2 qui a un terrain de 16 697 m2."

"La Corse compte actuellement 72 000 résidences secondaires déclarées, pour 140 000 habitations, ce qui représente une résidence secondaire pour deux logements, c'est trois fois plus qu'en France provinciale", indique le mouvement indépendantiste dans un communiqué.

Selon Nazione, 80% de ces résidences secondaires "n'appartiennent pas aux Corses". "Face à l'énormité de ces chiffres, tout le monde comprendra que nous ne sommes pas xénophobes mais que nous dénonçons simplement des faits que personne n'accepterait ailleurs, n'importe où dans le monde", déclarent les militants.

Modèle "colonial"

Autre point : ces résidences "sont en grande partie réservées à la location". Un problème selon Nazione, qui dénonce un modèle de "type colonial" : "Au lieu de dynamiser notre économie, elles en sont une plaie car elles concurrencent l'hôtellerie et souvent entrent dans un système où l'argent de ces locations ne passe pas par la Corse, les propriétaires n'habitant pas sur place, ils ne réinjectent pas leurs bénéfices sur place".

Outre l'impact sur l'économie insulaire, pour le mouvement indépendantiste, ces propriétés réservées à la location estivales "ne permettent pas aux jeunes corses, qui ont de plus en plus de mal à devenir propriétaires, de se loger à l'année".

"Bétonnisation du littoral"

Enfin, Nazione dénonce "un exemple de la bétonnisation de notre littoral".

"Lorsque la bétonnisation de la Corse sera terminée, qu'il ne restera plus d'espaces naturels sur notre littoral, que la Corse sera devenue comme la Côte d'Azur ou la Costa Smeralda en Sardaigne, qui peut imaginer que nous continuerons à accueillir 3 millions de touristes par an ?", interroge le parti.

Au-delà de cette action, pour les militants il s'agit "désormais de réveiller la conscience collective de notre peuple pour faire barrage à la spéculation et à la dépossession". Et d'ajouter : "On ne peut plus se contenter d'être les seuls à le dénoncer, il faut que l'ensemble des Corses prennent les choses en main."

Le reportage de Dominique Moret et Stéphane Poli :

durée de la vidéo : 00h02mn46s
Intervenants : Jean-Philippe Antolini, Porte-parole de Nazioni ; Pierre-José Filipputi, Membre de Nazioni, Petru Anto Tomasi, Membre de Nazioni ©D. MORET - S. POLI / FTV

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité