• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Lutte contre le cancer : La Marie Do lance un appel aux dons

Catherine Riera, présidente de l'association La Marie Do / © FTVIASTELLA
Catherine Riera, présidente de l'association La Marie Do / © FTVIASTELLA

En marge des journées de La Marie Do qui se déroulent jusqu'à dimanche soir à Ajaccio, l'association de lutte contre le cancer lance un appel aux dons. Catherine Riera, sa présidente, était l'invitée du Corsica Sera samedi soir. 

Par France 3 Corse ViaStella / GB

Les dons sont là, mais ils ne sont pas en nombre suffisant pour porter tous les projets de La Marie Do.

C'est dans ce contexte que l’association de lutte contre le cancer a puisé dans ses fonds propres pour financer plus de 290 000 euros en 2017 pour aider les malades du cancer et leurs proches, financer des programmes de recherche et acheter du matériel.

"Le premier poste de dépenses, c’est le fonds de secours. 185 000 euros ont été reversés à 500 familles touchées par la maladie et une situation économique fragile", a expliqué sa présidente Catherine Riera, invitée de France 3 Corse ViaStella samedi soir.  

"On ne peut imaginer que des malades renoncent aux soins pour des raisons économiques, c’est juste pas possible, c’est juste insupportable", a-t-elle précisé.
 
Lutte contre le cancer : La Marie Do lance un appel aux dons
Intervenants - Catherine Riera, présidente de l'association La Marie Do

L'association La Marie Do a lancé une souscription sur la plateforme participative Move.Corsica.

Encouragées par une fiscalité avantageuse (défiscalisation des dons à hauteur de 66%), les donations ont été pourtant en hausse de 35% l'an dernier.

"Les dons ont progressé non-stop ces dernières années, mais on a dépensé plus car nous étions plus sollicités, notamment sur le fonds de secours. C’est le fonds de secours qui a grandi en demandes".

"A l’hôpital Eugénie par exemple, on nous demande un appareil qui permette un examen plus rapide du sang et des urines des malades hospitalisés. Ils n’ont pas le budget pour l’acquérir. Cela nous fait mal au cœur de penser que cet appareil ne sera pas fourni."

 

Sur le même sujet

Plaine orientale : un drone « intelligent » pour adapter le travail sur les exploitations agricoles 

Les + Lus