Propriano : deux hommes mis en examen et placés en détention provisoire après avoir été arrêtés avec des détonateurs

Les deux suspects, qui ont été appréhendés à leur descente d’un bateau en provenance de Marseille avec des détonateurs et une matière inerte non identifiée, ont été mis en examen et placés en détention provisoire. Les faits ne relèvent pas de l’antiterrorisme selon le parquet.

La brigade de gendarmerie de Calvi est en charge des investigations
La brigade de gendarmerie de Calvi est en charge des investigations © Denis Charlet /AFP

Deux hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire, dimanche, quelques jours après avoir été interpellés en possession de plusieurs détonateurs et d'une matière inerte encore non identifiée, mais qui pourrait être une matière explosive.

Mercredi, les deux suspects avaient été interpellés à leur descente d'un bateau en provenance de Marseille. Une enquête de flagrance avait été ouverte par le parquet d'Ajaccio pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations par un moyen dangereux pour les personnes", indiquait la procureure Carine Greff.

Les investigations ont été confiées aux gendarmes de la section de recherches (SR). Et au terme de leurs garde-à-vue, les deux hommes, connus de la justice, ont été présentés à un juge d’instruction. Avant d’être mis en examen pour "détention de produits explosifs", confirme le parquet d’Ajaccio, joint par téléphone.

Pas d’attentat terroriste en préparation

Selon la procureure de la République d'Ajaccio, que France 3 Corse ViaStella a contactée après l’interpellation des deux suspects, les faits visés par l’enquête ne "relèvent pas de l’antiterrorisme" et rien ne permet de penser à ce stade qu’un attentat était en préparation. De plus, "les objets retrouvés en possession des deux hommes étaient entreposés dans une mallette" et n’étaient pas assemblés, donc en aucun cas prêts à l’usage.

La personnalité des deux individus appréhendés et le contexte dans la région de Propriano orientent davantage les enquêteurs sur "un projet de type crapuleux", selon la procureure. Un projet qui pourrait être en lien avec la récente série de dégradations par plasticage perpétrés sur des commerces de Propriano.  

La défense des deux personnes interpellées n’a pu être jointe par la rédaction de France 3 Corse ViaStella.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers