Covid : confinement, économie, école... Gilles Simeoni fait le point sur la situation en Corse

Invité du journal télévisé du soir Sur France 3 ViaStella jeudi 29 octobre, le président du Conseil éxecutif Gilles Simeoni a commenté la mise en place du deuxième confinement et décrit la situation en Corse.

Le président de l'exécutif corse était l'invité de notre JT jeudi 29 octobre 2020.
Le président de l'exécutif corse était l'invité de notre JT jeudi 29 octobre 2020. © FR3 ViaStella
Après l'allocution d'Emmanuel Macron mercredi soir, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé les modalités de ce deuxième confinement ce jeudi lors d'une conférence de presse.

Au même moment sur le plateau de France 3 ViaStella, Gilles Simeoni était l'invité du journal du soir à l'occasion d'une édition spéciale sur le confinement.

Le président du Conseil exécutif Corse a notamment commenté la mise en place de cette mesure alors que les chiffres de l'épidémie en Corse sont des plus alarmants

"Je crois qu’au stade où nous étions arrivés, il n’y avait pas d’autres solutions que celle-là, sur le principe", a-t-il commencé.

Je pense qu’on aurait pu mieux faire dans l’anticipation.

Gilles Simeoni

"Sur les modalités, il y a à l’évidence besoin de clarification, il y aurait eu besoin de plus de dialogues en amont, certainement aussi, plus d’anticipation", a déclaré le chef de l'exécutif corse, qui avait déjà fait part sur Twitter de son mécontentement lors de l'instauration du couvre-feu. "Je pense qu’on aurait pu mieux faire dans l’anticipation, a-t-il insisté. J’ai entendu dire de la part du Premier ministre que personne n'avait prévu ce qui est en train de se passer… Je crois que c’est un abus de langage. Malheureusement, tout le monde craignait ce qui est en train de se passer et beaucoup d’épidémiologistes et de mathématiciens savaient".

1ère priorité : la question sanitaire

Au 29 octobre, 75 personnes sont hospitalisées dans les deux hôpitaux publics de Corse (Ajaccio et Bastia), dont 15 en réanimation.
"Au maximum, nous pourrons compter sur 60 lits de réanimation, toutes pathologies confondues, Covid et non-Covid", a déclaré Gilles Simeoni. Des chiffres bien en deçà des réalités."Les projections actuelles, hypothèses raisonnables mais malheureusement pessimistes, laissent penser dans trois semaines à un besoin de 140 places en réanimation, uniquement pour le Covid".

En outre, Gilles Simeoni a affirmé qu'il n'y aurait pas d'évacuation sanitaire, ou "très marginales", et qu'il n'y aurait pas de renforts en moyens humains, à l'heure où les hôpitaux de Bastia et Ajaccio lancent des appels à l'aide

Milieu scolaire

Concernant la décision du gouvernement de maintenir les écoles, collèges et lycées, Gilles Simeoni a déclaré que Josepha Giacometti, conseillère exécutive en charge de l'éducation en Corse, avait déjà échangé avec "nombre de syndicats, de parents d'élèves"

"L’idée, toujours la même : assurer dans les meilleures conditions possibles le droit fondamental à l’éducation pour tous les scolaires et étudiants et le faire dans des conditions sécurisées au niveau sanitaire".

Économie

Sur le plan économique, Gilles Simeoni souhaite que le plan de relance de 100 milliards prévu par le gouvernement "vienne irriguer de façon satisfaisante le tissu économique et social corse".

"Il faut donc un plan pensé, co-construit par la Corse, la Collectivité de Corse, les élus, les chambres consulaires, l’ensemble des forces vives", a-t-il proposé.

"Adopter ce plan et ensuite aller à Paris pour dire au gouvernement que nous voulons contracter ensemble et faire que ce qui a été prévu au niveau du continent puisse se décliner au niveau insulaire".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique