Déconfinement et rentrée scolaire : en Corse, seuls les collèges privés ont rouvert leurs portes 

Ce lundi 18 mai, en Corse, seuls les collèges privés ont pu accueillir leurs élèves de 6e et de 5e. / © FTVIASTELLA
Ce lundi 18 mai, en Corse, seuls les collèges privés ont pu accueillir leurs élèves de 6e et de 5e. / © FTVIASTELLA

Pas de rentrée pour les élèves de 6e et de 5e inscrits dans des établissements publics. Suite à une décision du conseil exécutif de Corse, ces collèges sont restés fermés. Seule une poignée d’enfants, inscrits dans des établissements privés, ont pu être accueillis ce lundi 18 mai. 

Par A.A.

Selon le calendrier fixé par le gouvernement, les collèges devaient rouvrir ce lundi 18 mai avec la rentrée des 6e et des 5e. Mais en Corse, la majeure partie des 6.600 élèves concernés, inscrits dans des établissements publics, devront attendre. 

Ces derniers, faute d’agents d’entretien suite à une décision de la collectivité de Corse, ont gardé portes closes. Ainsi, seuls les établissements privés ont pu de nouveau accueillir leurs collégiens. Ils étaient une douzaine au collège Jeanne d’Arc de Bastia et deux au collège Saint-Paul d’Ajaccio. 
 

Pas de cours, mais une continuité pédagogique

Marquages au sol, port du masque obligatoire et gel hydro-alcoolique à disposition, dans les deux établissements, cette rentrée rendue possible grâce à l’application d’un protocole sanitaire rigoureux. « Le protocole est complexe, mais je pense que c’est ce qu’attendait tout le monde. Nous sommes dans une situation où on a pu manquer de confiance pendant un temps et le fait que le protocole soit extrêmement strict va nous redonner de la confiance. Il faut aller dans ce sens-là, il n’est pas facile à appliquer, mais le galop d’essai que nous faisons cette semaine va certainement nous apporter quelques facilités pour les journées à venir », espère François Grimaldi D'estra, adjoint au chef d'établissement de Saint-Paul. 

Pour l’instant, pas de cours à proprement parler. « Ce n’est pas de l’enseignement. On assure simplement la continuité pédagogique que les enfants auraient dû faire chez eux et qu’ils feront ici puisqu’ils ne peuvent pas rester sous la garde de leurs parents à la maison », indique Jean-Darius Luciani, directeur de l'établissement Jeanne d'Arc. Même organisation à Ajaccio où une dizaine de professeurs, en roulement, assurera les permanences cette semaine. 
 

Rentrée en septembre 


Le 11 mai dernier, les chefs d’établissements ont reçu un courrier les informant qu’en vertu du principe de précaution, « la réouverture générale des collèges et lycées ne pourra intervenir qu’en septembre 2020 ». Ce document fait écho au vote de l’Assemblée de Corse du 7 mai dernier prenant acte de « la proposition du Conseil Exécutif de Corse tendant à ce que la réouverture générale des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et de l’Université de Corse n’intervienne qu’en septembre 2020. »

 


Une décision qui rend presque impossible l’application du protocole sanitaire de 53 pages édité par le gouvernement dans les établissements publics. Car pour être mis en place, le dispositif s’appuie sur le nombre d’élèves accueillis, corrélé au nombre d’enseignants et au nombre d’agents d’entretien. Depuis la loi du 22 janvier 2002, les compétences en matière de collèges et lycées sont partagées entre les services de l’État et la collectivité de Corse. Cette dernière, fait notamment autorité sur les agents chargés du nettoyage et de l’entretien. 

La date de rentrée des élèves de 4e et de 3e n’est pas encore connue. Le gouvernement devrait rendre une décision fin mai. En Corse, environ 6.800 élèves sont concernés. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus