Do It Yourself et Solidarité : face à la pénurie de masques, les « makers » corses s’organisent sur le web

Le réseau de "Makers" du FabLab de Corte est capable de confectionner 300 pièces par jour. / © FabLab Corti / Twitter
Le réseau de "Makers" du FabLab de Corte est capable de confectionner 300 pièces par jour. / © FabLab Corti / Twitter

Confinés depuis le 17 mars, certains particuliers, insitutions et entreprises corses mettent leur temps et leurs outils à disposition du personnel soignant. Nombreux se lancent dans la confection de visières anti-projection ou encore de masques. 

Par Célia Petroni (Edité par Audrey Altimare)

En période de confinement, en Corse comme ailleurs, certains mettent ce temps suspendu à profit pour s’adonner à des tutos DIY, entendez « do it yourself », soit « faites-le vous-même ».  Traditionnellement il s’agit de bricolage, décoration, customization, bref de loisirs ludiques à faire à la maison en suivant des tutoriels mis en ligne.

Mais face à l’urgence sanitaire, certains ont décidé de reprendre le concept pour fabriquer des masques pour le personnel soignant.
 

Comment ça fonctionne ?


Depuis le début de la crise sanitaire, des visières anti-projection sont produites par des « makers » (ceux qui font !) à travers le monde entier. Pour se faire, des tutoriels circulent librement en open source, et les visières ou casques, sont validés par les usagers, mais aussi par le secteur hospitalier. Assez simple à fabriquer, le casque se compose d’un serre-tête pouvant être imprimé en 3D (avec des filaments de plastique) ou découpé par laser (dans du plexiglas). La visière est ensuite réalisée avec une simple feuille de PVC perforée.

Si vous aussi, vous êtes bricoleurs et que vous voulez contribuer et aider, voici une liste non-exhaustive de certaines initiatives mises en place :
 
  • Makers contre le Covid – 2A
Pour ceux qui ont une imprimante 3D, le groupe permet d’échanger sur l’optimisation et la fabrication de visière et de casque pour le personnel soignant. Tutoriel, forum, et carte des groupes qui fabriquent des masques sont à retrouver sur cette page, pour tous les particuliers qui veulent aider.

Plus d’infos:  https://www.facebook.com/groups/707987789970458/?ref=share
 
  • Makers uniti anti covid 19 : Fablab et Université

Le Fablab de Corse se structure en un réseau de Makers :  des fablabs, des entreprises technologiques, mais aussi des particuliers (dont le groupe cité précédemment fait partie).

Aux quatre coins de l’île, une trentaine de petites unités de production s’activent pour fabriquer des visières de protection pour tous les personnels exposés aux risques de contaminations. Au total, une capacité de production collective est actuellement estimée autour de 300 pièces/jour. Et il est possible de passer commande, à condition d’être un travailleur indépendant dans le domaine médical ou paramédical, ou encore un établissement avec des salariés exposés à des risques de contamination. Les visières sont remises à titre gracieux.

À noter, il faudra se déplacer pour récupérer la commande.
 

 
  • Les p’tites mains solidaires Corse
Vous savez coudre et vous voulez vous rendre utile ? Ce groupe propose de fabriquer des masques en coton pour faire face à la pénurie de masques jetables. Des explications et des modèles sont disponibles. Le réseau regroupe 11 secteurs sur l’ensemble de la Corse.

Les masques sont notamment fabriqués à partir de tee-shirts ou de tissus recyclés, la plupart offerts. Un élan de solidarité s’organise dans une logique de développement durable, même au cœur de la crise. À vos ciseaux !

Plus d’infos : https://www.facebook.com/groups/634407157345992/?ref=share
 
  • Ingéniosité et système D

Détourner un masque de plongée pour se protéger ou l’adapter au respirateur artificiel : cet article de sport est désormais adopté par les soignants du monde entier pour lutter contre le Coronavirus.

Depuis le lundi 30 mars, le  groupe Decathlon a mis à disposition des soignants et hôpitaux français 30.000 masques qui couvrent totalement le visage, protègent des projections et limitent ainsi les risques de contamination.

Grâce à un embout modélisé et imprimé en 3D, le masque est utilisé en Belgique et en Italie, avec un respirateur artificiel, et permet d’apporter de l’oxygène au patient en détresse respiratoire.

Quelque 10.000 masques devraient également être donnés en Italie, 30.000 en Espagne.




 

Sur le même sujet

Les + Lus