Cuntrastu

1 mercredi par mois à 20h45, les journalistes de Cuntrastu décortiquent et analysent l'actualité de l'île.
Logo de l'émission Cuntrastu

Jean Zuccarelli, conseiller municipal de la ville de Bastia

Jean Zuccarelli, conseiller municipal de Bastia invité du magazine Cuntrastu, le 8 octobre 2017. / © G. BEZIE / FTVIASTELLA
Jean Zuccarelli, conseiller municipal de Bastia invité du magazine Cuntrastu, le 8 octobre 2017. / © G. BEZIE / FTVIASTELLA

Jean Zuccarelli, conseiller municipal d'opposition de Bastia était l'invité de Cuntrastu, dimanche 8 octobre. L'occasion pour le radical de gauche de revenir sur l'actualité des territoriales et de mettre en garde vis-à-vis de ce qu'il perçoit comme étant le "danger nationaliste". 

Par France 3 Corse ViaStella

Revoir l'émission

La vague de "dégagisme" qui a emporté les forces politiques traditionnelles en France en 2017, à commencer en Corse en 2014 avec la mairie de Bastia, suivie en 2015 avec la collectivité territoriale et cette année à l’occasion des élections législatives.

Pas de Macronisme triomphant à l’origine de ces bouleversements, seul le mouvement nationaliste semble avoir réussi à capitaliser cette volonté de changement. A la veille des élections territoriales, une des victimes de ce dégagisme, le conseiller municipal de la ville de Bastia Jean Zuccarelli ne renonce pas à son combat politique et appelle à la formation d’un front républicain pour stopper ce qu'il perçoit comme étant le "danger nationaliste".

"Quel est l’enjeu principal, puisque les masques sont tombés et que les frontières entre modérés et indépendantistes se sont estompées et que nous faisons face à un bloc unique ? Je dis que là, il est de notre devoir, de notre responsabilité d’hommes politiques d’appeler à la constitution d’une majorité alternative rassemblant tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans l’évolution que l’on nous promet pour la Corse."