Cuntrastu

Chaque dimanche à 18h00, les journalistes de Cuntrastu décortiquent et analysent l'actualité de l'île.
Logo de l'émission Cuntrastu

Territoriales – Valérie Bozzi et Gilles Simeoni invités de Cuntrastu

Valérie Bozzi (droite), tête de liste "Voir plus grand" et Gilles Simeoni (nationaliste), liste "Pè a Corsica " / © FTVIASTELLA
Valérie Bozzi (droite), tête de liste "Voir plus grand" et Gilles Simeoni (nationaliste), liste "Pè a Corsica " / © FTVIASTELLA

A deux semaines du premier tour des élections territoriales, Valérie Bozzi (droite), tête de liste "Voir plus grand" et Gilles Simeoni (nationaliste), liste "Pè a Corsica", sont les invités de Cuntrastu, dimanche 19 novembre, à (re)voir en replay ici.

Par France 3 Corse ViaStella

Revoir l'émission

La candidate de droite, Valérie Bozzi, a présenté son programme pour les élections territoriales à Corte. Parmi ses propositions, la révision du Padduc et le rééquilibrage institutionnel entre la collectivité unique et les communautés de communes.

En cas de victoire, la tâche incomberait à Stéphanie Grimaldi, rédactrice du document initial durant la mandature 2004-2010. "Aujourd’hui, on se rend compte que peu de terrains restent constructibles et forcément cela entraîne une flambée des prix, à l’encontre même du vœu du document qui est de permettre à tous les Corses d’accéder à la propriété", explique-t-elle.

La liste nationaliste "Pè a Corsica" de la majorité sortante, menée par Gilles Simeoni, affiche un programme en dix points, dont celui de l’obtention dans les trois ans d’un statut d’autonomie de plein droit et de plein exercice, mis en œuvre en dix ans. Le tout inscrit dans une solution politique négociée.

Le programme de Pè a Corsica rappelle aussi les idées qui ont traversé les clivages : "la défense de la langue et de la terre, l’obtention d’un pouvoir législatif et réglementaire, la maîtrise de la fiscalité et la nécessité d’un véritable statut fiscal et social, l’amnistie des prisonniers politiques et des recherchés...". 

 

Territoriales : pas d'alliance à droite pour le second tour