Inchiesta

Un mercredi par mois à 20h35, l'actualité sociale, politique et culturelle de l'île à travers une enquête et un débat.
Logo de l'émission Inchiesta

Que reste-t-il de la langue Corse ?

Un manuel scolaire de géographie en langue corse. / © FTVIASTELLA
Un manuel scolaire de géographie en langue corse. / © FTVIASTELLA

La langue corse est plus que jamais menacée, le nombre de locuteurs est estimé à 60 000 environ et seul 2% des familles assurent la transmission de la langue. Si le bilinguisme ne fait plus débat, la co-officialité du corse et du français porté par la majorité territoriale reste clivante.

Par France 3 Corse ViaStella

Revoir l'émission

Parler en corse à sa maîtresse dès la maternelle ou l’école primaire, ce n’est pas encore possible. L’île ne dispose pas d’écoles dites "immersives" où le français est une langue introduite progressivement dans le cursus scolaire.

Et ce, malgré l’importance de "a lingua nustrale" auprès des jeunes. Selon un sondage réalisé en 2012 pour la collectivité de Corse dans le cadre du plan Lingua 2020, 26% des 18-24 ans seraient capables de s’exprimer à l’oral contre 23% des 25-34 ans. Au final, la Corse compterait 60 000 locuteurs corsophones.

En Bretagne, le réseau d'écoles privées (laïques et gratuites) Diwan a 40 ans cette année. De la maternelle jusqu’au bac, l’enseignement fait le choix de l’immersion dans la langue bretonne.

Même chose au Pays Basque où 34 "ikastolas" ont vu le jour.

En région Occitanie, l'enseignement immersif de la langue régionale est assuré dès la maternelle et jusqu'au lycée, dans des écoles associatives nommées "calendrettes" ou "calandreta", créées en 1979 pour permettre un bilinguisme précoce. Là aussi, un système parallèle propose des classes bilingues.

En Corse, cinq écoles immersives expérimentales, dont de deux projets privés à Ajaccio, devraient voir le jour pour la rentrée 2018, selon le collectif Parlemu Corsu.

Alors, quelle solution mettre en œuvre pour sauver la langue corse? Etat des lieux et débat dans Inchiesta, mercredi 17 février à 20h35 sur ViaStella et en replay ici.

A lire aussi

Cuntrastu - Michel Castellani, député nationaliste corse (1er circo 2B)