Evasion de Redoine Faïd en 2018 : Jacques Mariani placé en garde à vue 

Jacques Mariani a été placé en garde à vue, mardi, dans l’affaire de l’évasion du braqueur Redoine Faïd de la prison de Réau en 2018. Suite à un témoignage enregistré en 2019, les enquêteurs cherchent à mettre au jour un lien entre les deux hommes. 

Jacques Mariani a été placé en garde à vue, mardi, dans l’affaire de l’évasion du braqueur Redoine Faïd de la prison de Réau en 2018.
Jacques Mariani a été placé en garde à vue, mardi, dans l’affaire de l’évasion du braqueur Redoine Faïd de la prison de Réau en 2018. © Michel Gangne / AFP
Jacques Mariani, figure du grand banditisme corse, a été placé en garde à vue, mardi, dans l’enquête sur l'évasion du braqueur multirécidiviste Redoine Faïd de la prison du Réau en 2018, selon une information de l’Obs

Pour l’hebdomadaire, le quinquagénaire, présenté comme un héritier du gang criminel de la Brise de Mer, a été extrait de sa cellule de la prison des Baumettes à Marseille, mardi, pour être entendu par la Brigade de répression du banditisme de Versailles. Avec ce placement en garde à vue, les enquêteurs cherchent à mettre au jour un lien entre Jacques Mariani et Redoine Faïd. 

Un témoignage, enregistré en 2019, met les policiers sur cette piste. Ainsi, un homme soupçonné d’avoir participé à la mise en place du plan d’évasion de Redoine Faïd, indique qu’un homme à l’accent corse était également présent. De plus, d’autres témoins ont confirmés des liens existants entre Jacques Mariani, en prison au moment de l’évasion, et l’entourage du braqueur. Contacté, l’avocat de Jacques Mariani n’a, pour le moment, pas donné suite à nos sollicitations. 
 

Trois mois de cavale

Le 1er juillet 2018, un commando armé, notamment équipé de fusil d’assaut de type kalachnikov, avait été déposé en hélicoptère dans la cour d'honneur du centre pénitentiaire de Réau avant de récupérer Redoine Faïd. Ce dernier y purgeait sa peine après sa condamnation pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à une policière municipale. Après trois mois de cavale, le braqueur avait été arrêté le 3 octobre 2018 avec plusieurs proches, dont son frère Rachid, dans un appartement à Creil. 

Quant à Jacques Mariani, il purge plusieurs condamnations : une peine de 4 années de prison prononcée en octobre 2018 par la cour d’appel d’Aix en Provence dans une affaire de corruption de surveillant de prison ; une peine de 5 ans de prison lui a également été infligée par la même cour d’Appel d’Aix en Provence en juin 2018 dans un dossier de subornation de témoin, mais il bénéficiera d’un nouveau procès dans cette affaire, la Cour de cassation ayant statué en ce sens. Jacques Mariani est également mis en cause dans une autre procédure de blanchiment et extorsion de fonds en bande organisée que les enquêteurs mettent en lien avec le double assassinat de l’aéroport Bastia-Poretta, perpétré en décembre 2017.

A 54 ans, le détenu a passé plus de trois décennies derrière les barreaux. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société police sécurité banditisme faits divers criminalité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter