Gestion des déchets en Corse : la préfète exige des réponses de l'exécutif “pour éviter une crise sanitaire majeure”

Le centre d'enfouissement des déchets de Viggianello atteindra le maximum de sa capacité physique en juin 2020, rappelle la préfète de Corse. / © Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
Le centre d'enfouissement des déchets de Viggianello atteindra le maximum de sa capacité physique en juin 2020, rappelle la préfète de Corse. / © Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

Josiane Chevalier, la préfète de Corse, a envoyé ce lundi une lettre au président de l'exécutif de Corse Gilles Simeoni pour l'interpeller sur la gestion des déchets. Elle invite notamment l'Assemblée de Corse à revoir sa décision concernant un projet de centre stockage à Viggianello.
 

Par France 3 Corse ViaStella

La préfète de Corse exige des réponses claires de l'exécutif. C'est ce qui ressort d'un courrier envoyé ce lundi à Gilles Simeoni et que nous nous sommes procurés.
Après avoir souligné la collaboration, notamment financière, des services de l'Etat au plan d'action adopté par l'Assemblée de Corse le 27 mai 2017, elle met en cause sa lenteur.
 

"Lenteur"

"L'atteinte des objectifs du plan d'action en matière de tri à la source est bien plus lente que prévu, estime Josiane Chevalier. Aucune des conventions bilatérales prévues pour fin décembre 2018 afin de mettre à disposition des intercommunalités des ambassadeurs de tri, n'a pu être signée."
Extrait du courrier de la préfète de Corse à Gilles Simeoni souligné par nos soins. / © Préfecture de Corse
Extrait du courrier de la préfète de Corse à Gilles Simeoni souligné par nos soins. / © Préfecture de Corse

Après avoir détaillé les impasses qui planent sur la gestion des déchets en Corse, la préfète balaie l'hypothèse d'une exportation des déchets corses vers le continent. Pour elle, cette pratique serait "contraire à toute logique d'économie circulaire et n'est donc pas envisageable sur le plan réglementaire et pas soutenable financièrement pour nos concitoyens".

"A ce stade, le constat s'impose ; la Corse sera confrontée à un déficit de stockage d'environ 80.000 tonnes en 2020, et de 110.000 tonnes en 2021 si aucune capacité nouvelle n'est dégagée en 2020", s'alarme-t-elle. "Et nous savons d'ores et déjà que pour finir la seule année 2019, une mise en balle s'avère inévitable."


L'Assemblée doit-elle revoir sa copie sur Viggianello ?

Face à une délibération de l'Assemblée de Corse défavorable au projet de création d'un centre de stockage de déchets à Viggianello, la préfète rappelle qu'elle doit rapidement se prononcer sur ce projet.
Gestion des déchets en Corse : la préfète presse l'exécutif
Intervenants - François Tatti, président du Syvadec // Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio, Président de la C.A.P.A. // Philippe Marchioni, maire de Giuncaggiu Equipe - Marie-France Giuliani

"C'est pourquoi, afin de me permettre de prendre ma décision sur le projet Lanfranchi [à Viggianello] en toute responsabilité, je vous serais reconnaissante de bien vouloir inviter l'Assemblée de Corse à se prononcer, dans les meilleurs délais possibles, par une nouvelle délibération sur ce dossier et, en cas de confirmation d'un avis défavorable, de préciser la ou les solutions opérationnelles à mettre en œuvre pour éviter une crise sanitaire et environnementale majeure en 2020", conclue-t-elle.

Pour l'heure, la réponse du président de l'Exécutif n'est pas encore connue.
 

Sur le même sujet

Gestion des déchets en Corse : le projet d'Alexandre Lanfranchi

Les + Lus