Association de malfaiteurs en vue de commettre un crime : Baptiste Nicolai et Jean-Marie Pittiloni jugés en janvier

Les deux hommes âgés de 32 et 28 ans comparaîtront en début d’année devant le tribunal correctionnel de Bastia, suspectés d’avoir planifié le meurtre d’un commerçant bastiais en 2017

© France 3 Corse ViaStella
C’est une affaire peu banale sur laquelle devra se pencher le 21 janvier prochain le tribunal correctionnel de Bastia : un dossier d’association de malfaiteurs ayant le projet de commettre un crime où la vente de stupéfiants côtoie la rivalité amoureuse, sur fond de proximité avec le grand banditisme.

Tentative d'assassinat 

Sur le banc des prévenus seront assis quatre hommes. Premier sur la liste : Baptiste Nicolai-Balenci, âgé de 28 ans mais comptant déjà cinq condamnations sur son casier judiciaire, dont une à quatre ans de prison pour séquestration et vol aggravé prononcée en 2014 par le tribunal correctionnel d’Ajaccio. Le jeune homme est également connu des services en tant que victime, ayant échappé à une tentative d’assassinat en janvier 2017 à Foce.

"FLNC Canal gamins"


Vient ensuite Jean-Marie Pittiloni, 32 ans et également cinq condamnations à son actif. Le trentenaire a notamment écopé d’une peine de 12 ans de réclusion prononcée par la cour d’assises spécialement composée de Paris en 2012 dans un dossier visant une série d’attentats ; dossier rebaptisé par la presse pendant le procès «l’affaire du FLNC Canal gamins», en raison du jeune âge des protagonistes.

Jean-Marie Pittiloni a ensuite changé de registre, écopant d’une condamnation pour infraction à la législation sur les stupéfiants en 2015.
 
 
Jean-Marie Pittiloni
Jean-Marie Pittiloni © DR


Une victime "proche des Guazzelli"


Les deux hommes sont suspectés d’avoir planifié le meurtre d’un commerçant bastiais réputé proche de la sulfureuse famille Guazzelli en juillet 2017 (Les frères Guazzelli sont mis en examen dans le dossier du double homicide Poretta et feu Francis Guazzelli, leur père, était, selon la police, l’un des piliers du gang criminel de la Brise de Mer, Ndlr). Une accusation farouchement niée par les mis en cause.

Reste toutefois à déterminer quel aurait été le mobile de leur projet criminel. Pour répondre à cette question, le tribunal devra faire le tri dans les éléments réunis au cours de l’enquête. Plusieurs hypothèses ont été émises au cours des investigations.

Amour ou grand banditisme? 


La piste amoureuse en fait partie, Baptiste Nicolai-Balenci ayant entretenu une relation amoureuse avec la compagne et mère des enfants de la victime.

L’idée d’un règlement de comptes entre bandes criminelles rivales a également été évoquée lors des auditions, avant d’être balayée et mise sur le compte de « la mythomanie » de Monsieur Nicolai-Balenci, « qui voulait se faire un nom », dixit les déclarations de son co-prévenu. 


Deux autres personnes comparaîtront également devant le tribunal correctionnel de Bastia :  René Padovani et Christophe Grillet, suspectés d’avoir porté une assistance matérielle aux principaux prévenus.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société criminalité faits divers