#InCasa : Que lire, que regarder pendant le confinement ? Les conseils de nos invités très spéciaux (Episode 9)

Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann / © Laurent Depaepe
Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann / © Laurent Depaepe

Chaque jour, des auteurs, corses, continentaux ou internationaux, des acteurs culturels, et des anonymes, concoctent un conseil pour nos internautes. Aujourd'hui, le réalisateur Rinatu Frassati vous conseille ardemment les films du scintillant et virevoltant Baz Lurhmann !

Par Sébastien Bonifay

Le conseil de Rinatu Frassati

Tout Baz Lurhmann

"Alors que je viens de terminer une vertigineuse rétrospective David Cronenberg, la longueur du confinement mêlée aux mauvaises nouvelles et aux sombres visions monstrueuses du réalisateur canadien commencent à alourdir l’atmosphère domestique.
J’ai le besoin pressant de couleurs chatoyantes, de cinéma vibrant, rutilant, romantique et tendrement cathartique.

Je m’auto-prescris dans cette optique le revisionnage ce samedi des 5 films du cinéaste australien Baz Lurhmann :
Strictly Ballroom, Romeo + Juliet, Moulin Rouge, Australia et Gatsby.

 
Moulin Rouge


Après tout, c’est le week-end, je me dis que c’est plutôt une bonne idée pour un vendredi soir. De plus, je n’ai pas revu certains de ses films depuis plus de dix ans, ça va me rappeler « mes années Acapulco ». Je vois déjà la moue des pisse-froid critiques.

Et pourtant...
Passer ces heures nocturnes en compagnie de « l’australien mondain » revient à pénétrer dans un trip épileptique, en état d’ébriété avancé, où l’on serait convié à un bal masqué dans une propriété fastueuse de Walt Disney aux invités tirés à quatre épingles, à la décoration foisonnante de détails, dorures, lustres, plumes, animaux, smokings, talons aiguilles...

 

La comédie musicale rencontre Shakespeare qui rencontre Fitzgerald qui rencontre Verdi qui rencontre MTV


On y boit un alcool mystérieux avec Cocteau et Hemingway.
On salue Beyonce et Jay-Z avant de danser avec Ginger Rogers au milieu d’une chorégraphie de dizaines de bouffons étranges et déchaînés.
Et voilà que débarque Hugh Hefner en fin de nuit alors qu’explose dans le ciel un flamboyant feu d’artifice.

Stupéfiants et carré Hermès, c’est le style de Baz. Young hearts run free.

 
Romeo + Juliet

Baz Lurhmann c’est avant tout un archétype récurrent de héros et d’héroïnes.
Claire Danes, Nicole Kidman, Carey Mulligan : des comédiennes comme des anges pâles, des princesses diaphanes, des amoureuses laiteuses, pures en apparence.
Paul Mercurio, Leonardo Di Caprio, Ewan McGregor, Hugh Jackman, Tobey Maguire : des comédiens animés d’un semblable charisme dandy, sourires brillants, regards profonds, allure de rêve, rêveurs maudits.

Toutes ces stars déclament, parlent en voix-off, chantent, dansent, se courent après, se tirent dessus, se tournent autour, se saoulent, se déchirent, conduisent vite, souffrent, brûlent de mille feux.
La night chez les Capulet, les soirées de Gatsby, les shows du Moulin Rouge, l’étendue de l'outback australien, rien ne les arrête, mais rien ne peut masquer leur entêtante mélancolie.

La même vitalité innocente côtoie sans cesse une fragilité désarmante, des secrets solitaires.
Sérénade sportive. Complainte de la Butte.

 
Affiche de Gatsby, l'adaptation du roman de Francis Scott Fitzgerald par Baz Lurhmann / © dr
Affiche de Gatsby, l'adaptation du roman de Francis Scott Fitzgerald par Baz Lurhmann / © dr

 

L’Extravagance toujours aux limites du too much et de la faute de goût

Baz Lurhmann, c’est aussi toutes ces bandes-originales, de Des’Ree à Lana Del Rey en passant par Cristina Aguilera ou Kym Mazelle.
Des voix la plupart du temps féminines et puissantes, dansantes ou planantes, pop et hip-hop.

Des reprises inattendues, Police en tango, Queen en chœur d’opéra.
La comédie musicale rencontre Shakespeare qui rencontre Fitzgerald qui rencontre Verdi qui rencontre MTV.
Pudding phosphorescent. Lady Marmalade.

 
Baz Luhrmann, bigger than life / © Twitter Baz Lurhmann
Baz Luhrmann, bigger than life / © Twitter Baz Lurhmann



Baz Lurhmann, c’est enfin le foutraque, le tourbillon brouillon, l’Extravagance toujours aux limites du too much et de la faute de goût.
Ça déborde de partout, ça dégouline sur les doigts.
Un maelström de couleurs, de textures, de textiles.

Plastique, papier glacé. Elégiaque, soyeux. Bruyant, clinquant. Cocktail euphorisant, virevoltant.
Des fééries tragiques, électriques. De l’adrénaline. Des larmes. Du strass. Des paillettes. Du stupre. De la décadence. Du bric. Du broc. Tout. N’importe quoi. Bling. Bling.

 

Revoir ses films en confinement, c’est faire rentrer un élégant éléphant sous acide dans une salle de bal encombrée de porcelaine anglaise


Un mashup remixé, permanent et démesuré d’un réalisateur débridé comme un Giorgio Moroder aux platines du Plastic, qui ne recule devant rien, qui n’a honte de rien.
Revoir ses films en confinement, c’est faire rentrer un élégant éléphant sous acide dans une salle de bal encombrée de porcelaine anglaise.

Enivrant. Délectable. Young and beautiful.

 


En mars, Baz Luhrmann était en tournage de son nouveau film en Australie, un biopic sur Elvis Presley avec Austin Butler dans le rôle-titre et Tom Hanks dans le rôle du manager.
Le projet a été stoppé à cause du Covid-19 et de la contamination de Tom Hanks, la sortie du film logiquement repoussée à une date indéterminée.
Mais parions que ce nouveau show cinématographique finira bien par exister et à nous mettre une autre fièvre.
La plus étincelante des fièvres.

Bon week-end à tous. Prenez soin de vous.
State in casa.

Parties will be back!"


Rinatu
 

Rinatu Frassati durant le tournage d'un de ses deux court-métrages. / © Raphaël Poletti
Rinatu Frassati durant le tournage d'un de ses deux court-métrages. / © Raphaël Poletti



Rinatu Frassati, la bio :

Rinatu Frassati est un réalisateur et scénariste âgé de 35 ans, originaire de Balagne. Il a signé deux moyen-métrages très remarqués, le film historique Les Exilés en 2015 et le mélodrame Béatrice, en 2018. Il est actuellement en train de préparer son premier long métrage. 

 

► Retrouvez la biliothèque du confinement
conseillée par les invités de France 3 Corse :


-MICHELE CORROTTI
nous parle de
Mèmed le Fauve de Yachar Bemal
 
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018 / © Novellart - 2B
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018 / © Novellart - 2B
 


- HERVE LE CORRE
nous parle de beaucoup de choses !
 
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement ! / © Philippe Matsas/Leemage/Editions Payot Rivages
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement ! / © Philippe Matsas/Leemage/Editions Payot Rivages
 


- PATRIZIA GATTACECA 
nous parle de
U Balcone de Ghjacumu Thiers
 
Patrizia Gattaceca a choisi Un Balcone, de Ghjacumu Thiers / © DR
Patrizia Gattaceca a choisi Un Balcone, de Ghjacumu Thiers / © DR
 


- JULIEN BLANC-GRAS 
nous parle de 
L'Homme Dé de Luke Rhinehart
 
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle / © Raphaël Poletti
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle / © Raphaël Poletti
 


- LAURENT CHALUMEAU
nous parle de 
Le maître de Ballantrae de Robert Louis Stevenson
 
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus.
Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." / © Raphaël Poletti
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus. Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." / © Raphaël Poletti
 
 

- JACKY SCHWARTZMANN
nous parle de 
Chernobyl et Vinyl sur HBO
 
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant / © Hermance Triay
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant / © Hermance Triay
 

 
- FRANCOIS MEDELINE
nous parle de 
Le seigneur des porcheries de Tristan Egolf
 
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable ! / © xhacquard_et_vloison
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable ! / © xhacquard_et_vloison
 


- PHILIPPE JAENADA
nous parle de 
Jacques le Fataliste de Diderot
 
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot / © Raphaël Poletti
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot / © Raphaël Poletti
 






 

​​​​​​​

Avoir le temps, pour une fois...

La phrase que les libraires, les bibliothécaires et les écrivains entendent le plus souvent, c'est "J'adore lire, mais j'ai jamais le temps !". 
Maintenant, et pour quelques jours au moins, nous l'avons. 
Vous êtes chez vous, et vous avez regardé mille fois tous les épisodes de Friends. 
Que l'on soit grand lecteur, lecteur occasionnel, ou pas du tout lecteur, c'est le moment où jamais de tenter des choses, de sortir de sa zone de confort, de prendre le temps de regarder des films, d'écouter des disques, de lire des livres, ceux qu'on laisse de côté, qu'on garde pour plus tard sans jamais y aller, ou dont on est persuadés qu'ils ne sont pas pour nous. 
Avoir le temps de lire, pour une fois.
Le risque, c'est celui d'avoir perdu quelques heures qui, de toute manière, ne vous manquent pas, si par malheur ça ne vous plaît pas.
Le pari, c'est de passer quelques heures formidables qui vous divertiront, vous ferons rire, bousculeront vos certitudes, vous ferons faire un pas de côté, et voir les choses un peu autrement. 
Ca vaut le coup d'essayer. 
On a demandé à des écrivains, des libraires, des artistes, des bibliothécaires de choisir un livre pour les Corses confinés chez eux, et de nous dire, en quelques mots, pourquoi ce choix. 
Et tous ont répondu favorablement. 

Sur le même sujet

Les + Lus