Bastia : les AESH "exploités" se mobilisent

Publié le Mis à jour le
Écrit par Alix Guiho et Anne-Marie Leccia
Ils étaient une vingtaine réunis ce mardi 19 octobre devant l'Inspection académique à Bastia.
Ils étaient une vingtaine réunis ce mardi 19 octobre devant l'Inspection académique à Bastia. © Anne-Marie Leccia, France 3 Via Stella

Une vingtaine d'Accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) étaient mobilisés ce matin à Bastia, devant l'inspection académique. Ils se battent pour un meilleur salaire et une meilleure reconnaissance de leur statut.

C'est leur 4ème mobilisation des Accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) depuis l'an dernier. Ils demandent un "véritable statut et à en finir avec leur situation de précartié"

Au nombre de 200 en Corse, ils et elles - pour la plupart - sont considérés comme des assistants de l'Education nationale. La plupart sont en CDD,  en temps partiel imposé (celui-ci étant plus faible en sur l'île que sur le continent). 

Leur temps de travail moyen est de 20 heures par semaine. Ils demandent à travaillant en temps complet, en passant à 24 heures de temps passé avec l'élève à l'école et 11 heures "connexe", avec l'élève en famille. 

600 euros par mois 

Côté salaire, un ou une AESH gagne en moyenne 800 euros par mois. En Corse, c'est plutôt 600. Ils réclamaient alors aujourd'hui une revalorisation salariale. Celle qui leur a été accordée en septembre "ne suffit pas" : "Avec 13 ans d'ancienneté, je reste bloquée à 650 euros par mois, pour 20 heures travailées par semaine", déplore Marie-Ange Sauli, la présidente du collectif des AESH de Haute-Corse. 

Soutenue par la CGT, le SNUipp et la FSU, la mobilisation n'aura pas franchi les portes de l'Inspection académique, qui n'a pas accepté de les recevoir ce mardi 19 octobre 2021. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.