Un an ferme requis contre le maire de Prunelli-di-Fiumorbo

Un an ferme requis contre le maire de Prunelli-di-Fiumorbo
Intervenants : Jean Baptiste Paoli, Maire de Solaro // Me Gérard Tiberi, avocat de Pierre Siméon de Buochberg - Maia Graziani et Pascal Alessandri

Pierre Siméon de Buochberg, maire de Prunelli-di-Fiumorbo, comparaissait mardi devant le tribunal correctionnel de Bastia pour détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêt. Le procureur a requis deux ans de prison dont un ferme à son encontre. L’affaire a été mise en délibéré.

Par France 3 Corse ViaStella

"Emploi fictif"

Le maire de Prunelli-di-Fiumorbo comparaissait pour détournement de fonds public et prise illégale d’intérêt. Il est accusé d’avoir voté, entre 2012 et 2015, des subventions à une radio qui n’avait plus d’autorisation d’émettre depuis 2010. L’argent aurait en fait servi à financer l’emploi d’une personne en charge de la communication pour la mairie de Prunelli-di-Fiumorbo. La justice accuse, également, Pierre Siméon de Buochberg de prise illégale d’intérêt pour avoir, en tant que conseiller général, participé aux délibérations et voté les subventions à cette radio tout en sachant qu’elle n’émettait plus.

Rapport de la Chambre régionale des comptes

Dans un rapport, la Chambre régionale des comptes avait aussi conclu à une prise illégale d’intérêt.

En avril dernier, Pierre Siméon de Buochberg avait été condamné à un an de prison avec sursis et une interdiction d'exercer tout emploi public pendant cinq ans par le tribunal correctionnel de Bastia pour prise illégale d'intérêts dans une affaire remontant à 2011-2012.

Un an ferme requis

Mardi, le procureur a requis 2 ans d’emprisonnement dont un an ferme à l’encontre de Pierre Siméon de Buochberg, une amende de 20 000 € et une privation des droits civiques, civils et de famille, soit une interdiction de vote et une inégibilité pendant 5 ans.

Son avocat a plaidé la relaxe. Le jugement a été mis en délibéré au 24 janvier 2017.

Entre mi-octobre et mi-décembre, quatre affaires financières concernant des élus sont jugées par le tribunal correctionnel de Bastia.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus