Bastia : un élan de solidarité permet à Didier, 61 ans, de quitter la rue et se reconstruire un avenir

Didier a tout perdu il y a quelques années. Durant cinq ans, il a vécu dans la rue, sur un banc de la plage de l'Arinella à Bastia. Cette année, durant la période de Noël sa vie a pris un tout autre tournant grâce à l'implication d'un petit groupe d'hommes et de femmes solidaires et généreux. 

Didier a tout perdu il y a quelques années. Durant cinq ans, il a vécu dans la rue, sur un banc de la plage de l'Arinella à Bastia.
Didier a tout perdu il y a quelques années. Durant cinq ans, il a vécu dans la rue, sur un banc de la plage de l'Arinella à Bastia. © Christian Giugliano / AFP

C'est l'histoire d'un mouvement de solidarité et de générosité. Il y a cinq ans, Didier, 56 ans alors, se retrouve à la rue après avoir perdu son travail à Toulon. 

Espérant trouver un emploi de saisonnier en Corse, il pose ses valises à Bastia. Sans succès. 

Didier choisit alors un banc de la plage de l'Arinella pour y établir son campement. Face à lui, la mer à perte de vue. "Ce n'est pas le banc en lui-même, c'est le paysage. C'était important, la mer, cette impression de liberté, cette beauté", livre-t-il.

Un appartement

Cette année, à l'approche de Noël, la situation se dénoue. Une femme lance une cagnotte en ligne pour venir en aide à Didier qui souhaite loger dans une caravane. Encore en ligne pour quelques jours, elle enregistre près de 5.000 euros. 

Un appel aux dons qui touche particulièrement Éric Murati, chauffeur de taxi, qui relaie activement l'action sur les réseaux sociaux. Plus qu'en logement précaire, Éric Murati lui propose un appartement. 

"J'ai discuté avec mon épouse, je lui ai expliqué la situation de Didier. Comme on avait un appartement vide, on s'est dit qu'on pouvait lui laisser le temps qu'il trouve sa caravane. La réponse de ma femme a été tout simplement oui", raconte le chauffeur de taxi. 

Disparu de tous les radars de la société, il a fallu réinscrire Didier à la sécurité sociale, à la Caf, refaire sa carte d'identité. Lui redonner une existence civile. 

Un travail 

Une histoire qui a touché Christelle Giguere, gérante d'une entreprise de décoration et d'événementiel. Elle souhaite donner une chance à Didier. 

Avec ses problèmes de santé et son âge, l'homme a besoin d'horaires aménagés. "Il a un regard très pur, il s'attache aux choses de la vie. Il a ce respect du matériel, il peut ranger des heures et des heures pour ne pas mal faire. C'est quelqu'un de très appliqué", confie-t-elle. 

Elle propose un contrat de travail au sexagénaire. Une opportunité qui paraissait impossible, il y a encore quelques semaines. "Sorti de rien et avoir quelque chose maintenant, c'est très important. Si je retrouve du travail ici, ce serait inespéré. Le moral est là", livre Didier. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société sdf