• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia : mobilisation contre la démolition de deux immeubles de la cité Aurore

En mars dernier, des habitants de la cité se mobilisaient pour faire entendre leur voix. / © Pierrick Nannini / FTVIASTELLA
En mars dernier, des habitants de la cité se mobilisaient pour faire entendre leur voix. / © Pierrick Nannini / FTVIASTELLA

La réhabilitation de la cité Aurore, quartier de Lupino, à Bastia, pourrait prévoir la démolition et la reconstruction de deux bâtiments. Ce samedi 30 mars le Mouvement Corse Démocrate s’est mobilisé pour convaincre les habitants de s'y opposer sur fond de pré-campagne électorale. 

Par France 3 Corse ViaStella

Un locataire signe, ce samedi 30 mars, la pétition contre la démolition des immeubles 32 et 33 de la cité Aurore à Bastia. Il y vit depuis plus de 50 ans. « Mon fils est né ici et ma femme y est morte. C’est quelque chose de très sentimental. Je ne veux absolument pas qu’ils les démolissent », livre Nino Miani, locataire du bâtiment 33. 

À l’origine de ce rassemblement : le mouvement corse démocrate. Et c’est le président de la communauté d’agglomération bastiaise en personne qui prend la parole. « Je suis convaincu que personne ne démolira vos logements si vous êtes tous d’accord pour rester ici », explique au groupe François Tatti. Le président de la CAB, également président du MCD, est notamment accompagné par ses soutiens Julien Morganti et Marie-Claire Poggi. Il parle notamment de non-sens écologique sur son compte Twitter. 

 


Pourtant, lors de la première tranche des travaux de réhabilitation de la cité Aurore en 2009, il avait soutenu la démolition de la grande barre.
Certains internautes lui rappellent d'ailleurs photos à l'appui son engagement alors qu'il était adjoint à l'époque d'Emile Zuccarelli. 

 


François Tatti, lui, n'y voit pas de contradiction. 
« La grande barre, c’était autre chose. On était dans un autre type de schéma. Le bâtiment était en très mauvais état, il menaçait, pour certaines parties, au plan structurel. Ici, la configuration est totalement différente. Les immeubles ne menacent pas », soutient François Tatti. 

 

"Instrumentalisation des peurs"



Des immeubles qui selon lui pourraient être rénovés sans reloger les habitants. 

Dans un communiqué, Inseme per Bastia, le parti de la majorité municipale, dénonce après la conférence de presse du MCD « des postures guidées par des fins électoralistes en usant de manipulations et de mensonges qui instrumentalisent les peurs. » 

La polémique naissant à un an des municipales dans un contexte de pré-campagne électorale. 
 



« Lupino ne les intéresse que pendant les élections »



Du côté des habitants, certains pourraient envisager la démolition. Houria, une des locataires du bâtiment 33, demande des travaux dans son logement depuis des années, sans succès. Elle ne croit pas au soutien de François Tatti
 

« Il était déjà venu avant les élections pour la mairie. Il nous a dit la même chose. Une fois qu’il a été élu, une fois qu’il a fait alliance… Il n’a rien fait. Lupino ne les intéresse pas. Ça ne les intéresse que pendant les élections », estime-t-elle. 

 

Mauvaise campagne ? 


Le sujet fait réagir sur les réseaux sociaux jusqu'au dérapage ou au piratage... Dans un post publié par le compte Facebook officiel du MCD, une habitante qui s'est exprimée de manière critique contre la prise de position politique du mouvement est fustigée, sa vie privée et celle de ses proches étant attaquées. 

Joint par téléphone le président du MCD, François Tatti, dit vouloir "faire toute la lumière sur cette publication qu'il ne peut tolérer et cautionner" .

Quelques minutes plus tard le post sera retiré et un communiqué expliquant que "le compte du MCD a été piraté" est mis en ligne...Le mouvement envisage de porter plainte. 

Trop tard pour la polémique, la majorité aura déjà eu le temps de dénoncer cette attitude dans un Tweet intitulé "La Honte"
 

À un an du scrutin municipal il faut esperer que cet épisode n'augurera pas la qualité d'une campagne qui ferait feu de tout bois... 

Le projet de réhabilitation de la cité Aurore prévoit de déployer  plus de 40 millions d’euros afin de rénover 750 logements. Parmi eux, 94 pourraient être démolis et reconstruits. 

 
Bastia : rassemblement contre la démolition de deux immeubles de la cité Aurore
Intervenants - Nino Miani, Locataire du bâtiment 33 ; François Tatti, Président du Mouvement Corse démocrate ; Houria, Locataire du bâtiment 33 Equipe - Maia Graziani ; Pierrick Nannini ; Ramsey Kinany.


 

Sur le même sujet

Corse : il sera bientôt possible de payer ses impôts dans un bureau de tabac

Les + Lus