"Appel au secours" : à l'hôpital de Bastia, l'étrange message d'alerte du service de réanimation

Un appel au secours. Ce dimanche, un document simplement siglé d'une tête de Maure et relatant, d'un ton alarmiste, "la grande difficulté" dans laquelle se trouve le service de réanimation de l'hôpital de Bastia a affolé les réseaux sociaux. Et la direction a démenti toutes tensions. 

Ce dimanche, un document simplement siglé d'une tête de maure et relatant, d'un ton alarmiste, "la grande difficulté" dans laquelle se trouve le service de réanimation de l'hôpital de Bastia a affolé les réseaux sociaux.
Ce dimanche, un document simplement siglé d'une tête de maure et relatant, d'un ton alarmiste, "la grande difficulté" dans laquelle se trouve le service de réanimation de l'hôpital de Bastia a affolé les réseaux sociaux. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Il est 8h lorsque le document est relayé par le compte Twitter de l'agence régionale de santé (ARS) de Corse. Il réclame de toute urgence un médecin réanimateur pour la semaine du 26 octobre au 1er novembre, deux pour celle du 2 au 8 novembre. 

"Le CH Bastia fonctionne avec beaucoup de remplaçants, toujours sur la corde raide. Cette fois-ci, la corde a cédé et nous n'arrivons pas à boucler les plannings", alerte le document.

Le tweet est très vite repris sur les réseaux sociaux, d'autant qu'il émane d'un organe de santé officiel.  
Tweet de l'agence régionale de santé publié dimanche 18 octobre.
Tweet de l'agence régionale de santé publié dimanche 18 octobre. © Capture d'écran
En période de reprise de l'épidémie de Covid-19, les internautes se mobilisent et partagent la publication plus de 150 fois. 

Des recherches d'intérimaires habituelles et régulières

De prime à bord, il ne s'agit pas d'un document officiel de l'hôpital de Bastia. Les deux noms mentionnés sont pourtant bien les personnes à contacter par les postulants, le chef de service de réanimation et le directeur adjoint. L'auteur reste inconnu. 

Contactée en fin de matinée, l'ARS de Corse confirme la recherche de médecins-réanimateurs au centre hospitalier de Bastia, "une procédure habituelle et de longue date". Mais l'agence régionale de santé reconnaît être dans l'incapacité d'établir l'origine du document. Le tweet est d'ailleurs supprimé dans la foulée. 

La clarification arrive du côté de la direction de l'hôpital. Frédéric Ebendinger, directeur des affaires médicales confirme l'appel lancé par un médecin de l'établissement après le désistement, récent, d'un intérimaire pour les périodes citées. 

Ce médecin a voulu bien faire, mais ces messages sont destinés à des réseaux professionnels et non au grand public.

Frédéric Ebendinger, directeur des affaires médicales du centre hospitalier de Bastia.

Ce médecin aurait voulu mobiliser son réseau social pour trouver un remplaçant le plus vite possible. 

"Il a voulu bien faire. C'est un procédé habituel, lorsque nous ne trouvons pas de remplaçant par les canaux ordinaires, mais ces messages sont destinés à des réseaux professionnels et ne sont pas destinés au grand public", rassure Frédéric Ebendinger. 

La société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR) est d'ailleurs la première à relayer l'information sur son compte Twitter, dès samedi. Un relaie que la SFAR effectue régulièrement.  Ainsi, en avril dernier, elle partageait l'appel du centre hospitalier universitaire de Strasbourg en manque d'infirmiers et d'infirmières compétents en réanimation. 

Deux nouveaux médecins-réanimateurs en mars 2021

Frédéric Ebendinger est formel. La recherche d'intérimaire est régulière au sein d'un hôpital, d'autant plus en période de vacances scolaires. 

"Si le message peut trouver un écho grâce à cette publication, nous ne pourrons être que satisfaits. En attendant, nous continuons activement nos recherches et en dernier recours nous modifierons les plannings", complète-t-il. 

Le directeur de l'hôpital est tout aussi catégorique. Jean-Mathieu Defour s'inscrit en faux et dément tout manque de matériel et de personnels. "L’ARS n’aurait pas dû diffuser ce message interne aux sociétés spécialisées", explique-t-il.

"Nous avons eu des renforts en infirmiers spécialisés en réanimation par la réserve sanitaire. Ce qui nous manque c’est des médecins réanimateurs pour compléter nos équipes quelques jours en novembre. C’est pourquoi nous avons fait un appel à la SFAR".

Avec l'épidémie de coronavirus, le service de réanimation a été scindé en deux parties. La première est réservée aux patients Covid. Il dispose de quatre lits, deux étaient encore occupés vendredi. La seconde, la réanimation polyvalente, est quant à elle équipée de 12 lits. 

Le service de réanimation du centre hospitalier de Bastia, compte quatre médecins fixes, deux à temps plein et deux à temps partiel, complété par des intérimaires. Deux médecins-réanimateurs ont été recrutés pour renforcer les équipes. Ils prendront leur fonction en mars 2021.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société réseaux sociaux polémique