Madone de Brando : "le tableau rentrera bien en Corse"

À la suite de la signature d'un protocole d'accord tripartite, la Madone de Brando va rentrer en Corse. Les héritiers d'Albin Chalandon, qui avait acquis le tableau en 1839, recevront un dédommagement de 350 000 euros.

350 000 euros. C’est la somme qui a été actée lors de la signature d’un accord à l’amiable entre les différentes parties prenantes afin que le tableau de la Madone de Brando puisse revenir en Corse.

"Effectivement, un accord a été trouvé et un protocole a été signé entre la commune de Brando, le commissaire-priseur et les héritiers Chalandon, confirme Antonia Luciani, conseillère exécutive en charge de la culture, du patrimoine, de l'éducation et de la formation. La Collectivité de Corse a été particulièrement mobilisée depuis le départ. Aujourd’hui, un compromis a été trouvé, permettant le retour de la Madone de Brando d’ici peu."

280 000 € + 70 000 €

Depuis fin décembre, le retour dans l’île du célèbre retable, datant de la Renaissance, était quasi certain. Avec la signature de ce protocole, il est désormais acté que la commune de Brando en redevient le propriétaire.

"Le protocole a été signé, il est validé, affirme Antonia Luciani. Il sera soumis au vote de l’Assemblée de Corse à la fin du mois. Cela permettra au président de l’exécutif d’aider financièrement la commune de Brando à régler ce protocole."

Concernant l’indemnisation versée à la famille Chalandon - pour avoir notamment conservé le tableau -, la participation de la Collectivité de Corse se fera à hauteur de 280.000 euros (sur les 350 000 €).

La validation du transfert de cette somme sera donc soumise au vote des conseillers territoriaux début février. A priori, cela ne devrait être qu’une simple formalité, le retour de la Madone dans l’île faisant consensus parmi les élus, toutes tendances confondues.

Le reste de la somme, soit 70.000 euros, provient des dons récoltés par la Fondation du patrimoine.

"Cela fait donc au total une somme de 350.000 euros, précise la conseillère exécutive. C’est l’accord qui a été trouvé, ce qui nous évite de rentrer dans des imbroglios juridiques qui auraient pu nous conduire à avoir un risque de perte du tableau. Aujourd’hui, grâce à ce protocole et à l’accord entre les différentes parties, nous sommes assurés que la madone de Brando rentrera bien en Corse."

La signature de ce protocole d’accord constitue l’épilogue de longues négociations avec la maison De Baecque et Associés représentant les héritiers d’Albin Chalandon, un collectionneur d’art lyonnais qui avait acquis le tableau en 1839. Auparavant, l’œuvre - peinte vert 1500 - avait été conservée pendant trois siècles à l’ancien couvent San Francescu de Brando.

Le retable, qui aurait dû être vendu aux enchères, à l’Hôtel Drouot, le 31 mars dernier, avait finalement été retiré in extremis de la vente sur décision du ministère de la Culture, après que la Collectivité de Corse lui avait transmis un dossier prouvant que la transaction de 1839, entre le curé du village et Albin Chalandon, était illicite.

Argument avancé : le retable appartient au domaine public de la commune de Brando et est, par conséquent, imprescriptible et inaliénable.

"Nous sommes en train de préparer et de faire en sorte que le Musée de la Corse puisse être dépositaire du tableau pour le conserver."

Antonia Luciani

Conseillère exécutive en charge de la culture

De son côté, la Collectivité de Corse avait provisionné une somme comprise entre 300 000 et 400 000 euros pour acquérir le retable. Dans la perspective de cette mise aux enchères, la Fondation du patrimoine s’était également mobilisée, notamment à travers une collecte pour racheter l'œuvre et, par conséquent, la faire revenir dans l'île. Ce qui sera désormais le cas.

"Nous sommes en train de préparer et de faire en sorte que le musée de la Corse (à Corte, ndlr) puisse être dépositaire du tableau pour le conserver dans les meilleures conditions de sécurité mais aussi avec un caisson spécifique, et des températures adaptées à sa conservation, explique Antonia Luciani. Une fois par an, la commune de Brando pourra en bénéficier lors de la semaine sainte. Lors des pèlerinages, les personnes qui le souhaitent pourront aller voir le retable directement dans une église de Brando."

Après plusieurs rebondissements, la Madone de Brando va donc retrouver la Corse dans les prochains mois. La date précise de son retour reste encore à définir.

Le reportage de Caroline Ferrer, Céline Lerouxel et Stéphane Lapera : 

durée de la vidéo : 00h01mn57s
Intervenante : Antonia Luciani (conseillère exécutive en charge de la culture, du patrimoine, de l'éducation et de la formation). ©C. Ferrer - S. Lapera - C. Lerouxel - D. Lameta