Radicalisation violente, une formation pour l'identifier et la signaler en Haute-Corse

Priorité nationale, la lutte contre la radicalisation violente consiste notamment à établir un maillage de professionnels bien informés et aptes à détecter et signaler les individus concernés. Peu concernée par ce phénomène, la Corse fait néanmoins partie de ce réseau de vigilance.

La Corse est une des régions de France les moins concernées par la radicalisation. En 2020, 15 personnes étaient fichées pour radicalisation à caractère terroriste sur l'île, au total 8000 personnes sont inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radication à caractère terroriste (FSPRT) en France. Si l’intensité de ce phénomène demeure faible, en Corse comme partout ailleurs les acteurs de terrains bénéficient de modules de formation dans le cadre du Plan National de Prévention de la Radicalisation.

Ces 5 et 6 octobre, les professionnels de Haute-Corse amenés à accueillir du public dans différentes structures comme les services sociaux des collectivités locales, la CPAM, Pôle Emploi, les bailleurs sociaux, les centres hospitaliers, suivent une formation d'une demi-journée destinée à leur permettre de comprendre le phénomène de radicalisation, de l’identifier et de savoir réagir.

Détecter les "signaux faibles" et signaler

L'objectif de cette formation dispensée par Gael Bouffière, formateur au sein de Progress Formation Consulting et la capitaine Caroline Cousin, adjointe au chef du service du renseignement territorial de la Haute-Corse et référente radicalisation, c'est que les 120 participants acquièrent "des mécanismes leur permettant de mieux appréhender ce phénomène, et des bonnes pratiques en matière de remontées d’informations et de signalement de comportements suspects voire dangereux."

Lutter contre la radicalisation violente : une priorité nationale

Afin de prévenir la radicalisation, notamment dans les domaines où peuvent se concentrer les fragilités (milieu carcéral, délinquance ....), des modules de formations sont dispensés afin de constituer un réseau, un maillage permettant d’assurer la détection de toutes les personnes potentiellement radicalisées, et d’en assurer le suivi et la prise en charge.

Au programme :

 

Accessible à tous, le site du comité intermnistériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation permet de consulter quantité de ressources sur le sujet, notamment 4 modules avec 6 vidéos d’une durée moyenne chacune de 7 minutes .

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat terrorisme