Le Sporting Club de Bastia, ambitieux, mais prudent

Les bastiais, après une saison à rebondissements, ont franchi un nouveau palier, et joueront en National, l'antichambre de l'élite. 
Le président, Claude Ferrandi, et l'entraîneur, Mathieu Chabert, ont tracé les grandes lignes du Sporting 2020/2021.
Les bastiais célèbrent leur but face à St Quentin, en janvier dernier
Les bastiais célèbrent leur but face à St Quentin, en janvier dernier © PHOTOPQR/CORSE MATIN/MAXPPP
"Par pitié ne sautons pas d'étapes". 
Mathieu Chabert, face à la presse, donne le La. 
Pas question de se laisser griser par cette deuxième montée en deux ans. 

L'heure est à la prudence. 
Et du côté des dirigeants, on ne dit pas autre chose :
"On doit allier la passion et la raison. Sans passion il n'y a rien sans raison on peut tout détruire."
 
Mathieu Chabert, entraîneur du Sporting Club de Bastia, en conférence de presse, le 19 mai dernier
Mathieu Chabert, entraîneur du Sporting Club de Bastia, en conférence de presse, le 19 mai dernier © SCB


Ne pas s'emballer

Au bord du gouffre, et de la disparition pure et simple il y a quelques années, les bleus ont réussi à revenir dans la course. 
Et joueront la prochaine saison en National. 
C'est une étape majeure sur la route qui mène à l'élite du football français. 
Mais le SCB sait que les supporters, mais aussi le club, qui l'a prouvé à plusieurs reprises par le passé, sont prompts à s'emballer.
Au risque de tout perdre. 

Alors le message est clair :
Le Sporting 2020 va garder la tête froide. 
Et prendre, pour paraphraser tous les footballeurs du monde, les saisons les unes après les autres. 
 
Les supporters bastiais sont prompts à s'enflammer
Les supporters bastiais sont prompts à s'enflammer © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
 

Un recrutement a minima

L'emballement, dans le ballon rond, se traduit traditionnellement au moment des transferts. 
Les rumeurs sont un bon baromètre. 

Mathieu Chabert a préféré y mettre fin sans tarder. 
"J'entends des noms ronflants, croyez-moi que si je pouvais les prendre je les prendrais, ces joueurs, Guillaume Gillet, Anthony Modeste, Jean-Louis Leca ou Yannick Cahuzac. Malheureusement aujourdh'ui c 'est à des années lumière de nos capacités."

Pour autant, les bleus travaillent au recrutement, et ont déjà fait signer un joueur, Dumè Guidi, formé au club. Le défenseur central évoluait l'année dernière au GFCA. 
 
Mais pour le coach, le groupe n'a pas besoin d'être beaucoup plus étoffé. 
"Il ne faut pas s'attendre à 5 recrues. Si je trouve un attaquant, je peux dire que mon mercato est terminé. On restera attentifs aux prêts gratuits, bien sûr, mais on ne fera pas de folies. 

Si je trouve un attaquant, mon mercato est terminé - Mathieu Chabert 

Si la saison s'était terminée normalement, l'enveloppement du recrutement aurait été 2,5 à 3 fois supérieure. Mais je n'ai pas de probleme avec ça, j'ai pour habitude de faire au mieux avec ce qu'on me donne. 
Et puis je n'ai pas peur de me frotter au National. 
Je pense que notre groupe est même plus adapté au National qu'au National 2." 

 
Illustration - FC Mulhouse - SCB le 17 août 2019 au stade de l'Ill
Illustration - FC Mulhouse - SCB le 17 août 2019 au stade de l'Ill © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
 

Un budget de 3,5 millions d'euros

L'épidémie de Covid-19 a eu un impact profond sur les finances des clubs.
La situation a mis en péril la santé financière de nombreux clubs, et le Sporting se veut prudent, comme nous l'explique Claude Ferrandi, son président :

"Le budget avoisinera les 3,5 millions, et on va le soutenir au courant du mois de juin. Mais il va nous falloir aller chercher ce qu'il manque pour boucler ce budget. On compte beaucoup sur les abonnements, mais également sur la souscription à la coopérative. Pour l'heure elle compte un millier d'actionnaires, et notre objectif, c'est qu'elle en réunisse 3.000 à la fin de la saison". 
 
ILLUSTRATION - Pierre-Noël Luiggi (à gauche) et Claude Ferrandi, en mai 2018.
ILLUSTRATION - Pierre-Noël Luiggi (à gauche) et Claude Ferrandi, en mai 2018. © AM LECCIA / FTVIASTELLA

Du côté des joueurs et du staff, on a fait des efforts. 
Mathieu Chabert nous le confirme :
"J'ai accepté de baisser le salaire que j'aurais dû toucher en National. Et tous les joueurs l'ont accepté aussi. C'était important, compte tenu de la conjoncture actuelle, d'accepter de le faire. Ils auront moins que ce qui était prévu pour un passage en division supérieure. Mais c'est un geste qui va encore plus uinifier le groupe". 
 

Regarder vers le haut, quand même

Le Sporting entend gérer cette saison en bon père de famille, mais ne s'interdit pas de regarder plus haut :
"Mon objectif perso c'est de gagner tous les matchs. Je sais très bien que la place du Sporting n'est pas en National. Mais on peut très bien se permettre de stabiliser, cette saison. On est sur deux montées consécutives, il faut savoir être patient". 
Mathieu Chabert marque une pause, et le compétiteur reprend vite le dessus.
"Après, si l'occasion d'en enchaîner une troisième, on ne s'en privera pas !"
 
A QUAND LA REPRISE ?
Pour l'heure, le calendrier reste flou. 
On ignore la reprise officielle du championnat, suspendue à l'évolution du Covid-19. 

Mais trois scénarios se dégagent :
La première journée pourrait se dérouler le 21 août, le 28 août, ou le 4 septembre. 
 
Le Sporting Club de Bastia, lui, a prévu une reprise le 29 juin. 
Mais s'adaptera selon les décisions finales des instances nationales. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sc bastia football sport national