Politique : Nazione, nouveau mouvement indépendantiste créé ce dimanche à Corte

Ce dimanche 28 janvier, à l'issue de l'assemblée générale constitutive initiée par A Chjama Patriotta, un nouveau parti indépendantiste, baptisé Nazione, a été créé. Environ 500 personnes ont fait le déplacement à Corte.

Nazione, c'est le nom du nouveau mouvement indépendantiste créé ce dimanche 28 janvier, lors de l'assemblée générale constitutive organisée par A Chjama Patriotta, à Corte.

Cette initiative avait été lancée en septembre dernier, à l'appel du collectif de prisonniers Patriotti et s'inscrit dans le cadre d’une "démarche de résistance patriotique face à l’État français", appelée de ses vœux par le FLNC.

500 personnes

Après une première réunion à Corte, le 15 octobre, ce sont de nouveau 500 personnes qui ont fait le déplacement dans l'amphithéâtre Ettori de l'Université de Corse ce dimanche 28 janvier.

Parmi elles, des membres de l'associu Sulidarità, des cadres du STC (présents à titre personnel) ou encore des militants et dirigeants de Corsica Libera.

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, le parti indépendantiste a d'ailleurs appelé ses militants "à rejoindre cette structure nouvelle qui, dans le fil historique des organisations l’ayant précédée, aura la charge de poursuivre le combat jusqu’à la souveraineté pleine et entière et la naissance d’une République corse indépendante".

Selon nos informations, Corsica Libera devrait se fondre totalement dans le nouveau mouvement. Deux des trois porte-parole de Nazione seraient issus du parti indépendantiste : Josepha Giacometti-Piredda et Petru-Antone Tomasi. Le troisième pourrait être Jean-Philippe Antolini, du collectif Patriotti.

Pour ce qui concerne les instances dirigeantes, une direction collégiale devrait dans un premier temps être aux commandes, avant l'élection de secrétaires nationaux.

Identité

Alors que la création de ce nouveau mouvement vient d'être officialisée, quelle sera son identité politique ?

Lors d'un entretien qu'il avait accordé à France 3 Corse Via Stella il y a une dizaine de jours, Jean-Philippe Antolini l'avait martelé : A Chjama Patriotta veut "remettre les militants au centre du débat et recentrer sur les fondamentaux du nationalisme corse, qui ont été un peu oubliés par tout le monde".

Pour autant, l'idée de communauté de destin telle que conceptualisée par le FLNC ne semblait plus faire consensus. "Cette idée a été définie en 1987. Mais assurément, l'époque a changé", affirmait le porte-parole de Patriotti, qui estimait par ailleurs que "c'est au FLNC qu'il appartiendra de revenir [sur cette idée]".

Les observateurs attendaient de la conférence de presse clandestine du groupe armé une clarification sur ce point. In fine, le FLNC ne s'est pas prononcé sur la communauté de destin, induisant que le concept formé à la fin des années 1980 est toujours d'actualité.

Quid de la doctrine du nouveau mouvement ? Selon nos informations, la position devrait être précisée dans une motion d'orientation générale qui indiquerait que "si tous les peuples ont une communauté de destin, en Corse, celle-ci est en panne".

Une façon, peut-être, de nuancer le propos tenu par Jean-Philippe Antolini lors de la conférence de presse du 17 janvier.

Retrouvez l'entretien de Jean-Philippe Antolini :

durée de la vidéo : 00h04mn22s
Jean-Philippe Antolini, porte-parole de Nazione, a accordé un entretien à nos équipes ce dimanche 28 janvier. ©J.P. MATTEI - L. LUCIANI - E. GIUGLIANO / FTV