Tentative d'assassinat Yvan Colonna : sa famille dénonce une "situation anormalement confuse, suspecte"

Publié le
Écrit par A.A.

Ce samedi 5 mars, la famille d'Yvan Colonna s'est exprimée dans un communiqué. Elle renseigne notamment sur l'état de santé du militant nationaliste, violemment agressé par un codétenu, le 2 mars dernier, et depuis plongé dans un coma post-anoxique.

Quelques heures avant la manifestation de soutien à Yvan Colonna prévue à Corte, la famille du militant nationaliste s'est exprimée dans un communiqué.

Sur deux pages, elle dénonce tout d'abord avoir appris l'agression de leur proche "en dehors de toute communication officielle de la part de l'administration pénitentiaire". Elle continue : "Yvan a ensuite été annoncé décédé, puis en état de mort cérébrale et finalement dans un état stationnaire mais cependant gravissime. Ces simples faits sont révélateurs d'une situation anormalement confuse, incompréhensible, suspecte."

Lire le communiqué de la famille Colonna en intégralité

La famille Colonna, qualifie dans le même l'agression dont a été victime le Cargésien de "brutale, barbare, techniquement maîtrisée". Elle "affirme avec force qu'il s'agit d'une tentative d'assassinat", attend des "réponses précises et circonstanciées" et annonce qu'elle "se portera partie civile dans les meilleurs délais."

Élargir la mobilisation "au-delà des cercles nationalistes"

Et espère que la manifestation de Corte "puisse s'élargir à d'autres sensibilités associatives, politiques ou autres et que nos appels puissent être relayés au-delà des cercles nationalistes auxquels nous appartenons nous-mêmes."

Yvan Colonna, 61 ans et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en février 1998, a été violemment agressé, mercredi, par un codétenu de la maison centrale d'Arles où le militant nationaliste était incarcéré depuis 2012. Depuis plongé dans un coma post-anoxique et hospitalisé à Marseille, sont état est, pour l'heure, jugé stationnaire par les médecins. Le Parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

Depuis l'annonce de cette agression, de nombreuses mobilisations de soutien ont été organisées dans toute la Corse. La plus importante est attendue dimanche 6 mars à Corte.