En Corse, les outils de défiscalisation accusés d'encourager la spéculation immobilière et la dépossession des terres

A Linguizzetta en Haute-Corse, les Marina di Bravone en construction portent l'inscriptions "colons fora". Le projet est accusé par certains nationalistes d’encourager la spéculation immobilière. Notamment grâce à des outils de défiscalisation. / © Anne-Marie Leccia / ViaStella
A Linguizzetta en Haute-Corse, les Marina di Bravone en construction portent l'inscriptions "colons fora". Le projet est accusé par certains nationalistes d’encourager la spéculation immobilière. Notamment grâce à des outils de défiscalisation. / © Anne-Marie Leccia / ViaStella

Core in Fronte et Corsica Libera ont récemment manifesté leur opposition au projet de Marina di Bravone à Linguizzetta. Les dispositifs de défiscalisation utilisés sur ce type de projet sont accusés d'encourager la spéculation immobilière et la dépossession des terres corses.
 

Par P.S.

Des appartements "au bord de la plage de sable fin de Bravone", à Linguizzetta. Un investissement en parahôtellerie avec une "rentabilité de 7% par an et 11% après crédit d'impôt." L'offre de vente des Marina di Bravone paraît alléchante. Et c'est justement ce qui inquiète Core in Fronte et Corsica Libera.
Sur le site du promoteur des Marina di Bravone, on vante la défiscalisation. / © Capture d'écran Peak to Peak
Sur le site du promoteur des Marina di Bravone, on vante la défiscalisation. / © Capture d'écran Peak to Peak

 "C’est du locatif et ça va vers de la spéculation, soutient Baptiste Lucciardi, porte-parole Core in Fronte, avec notamment des petits appartements de 22 mètres carrés ou de 30 mètres carrés. Il y a toute une publicité qui est faite derrière, on appelle les gens à investir en Corse, on vante les mérites d’une résidence les pieds dans l’eau. »

Corsica Libera a aussi manifesté contre le projet.

Pourquoi et par quels mécanismes peut-on défiscaliser sur un projet comme celui-ci ? Ni le promoteur Peak to Peak, ni le conseiller fiscal ajaccien mis en avant sur son site ou les autres partenaires insulaires  du projet n'ont voulu nous répondre.

Plusieurs dispositifs fiscaux existent pour encourager les investisseurs. Sans qu'on ne sache précisément quelle part des achats immobiliers sont défiscalisés : les chiffres, s'ils existent, ne sont pas rendus publics.
 

Le crédit d'impôts corse légèrement amendé

Parmi ces dispositifs : le crédit d'impôt corse. En 2017,  plus de 5200 entreprises ont bénéficié de 52 millions d'euros de réductions fiscales tous secteurs confondus. Combien pour la parahôtellerie type appartements meublés, comme ceux qui font débat à Linguizzetta ? La direction régionale des finances publiques, ici encore, ne donne pas de chiffres.

Depuis le début de l'année, un amendement au projet de loi finances 2019 déposé par le député Jean-Felix Acquaviva a limité l'usage de ce crédit d'impôt : les résidences secondaires en Corse, dont la location saisonnière favoriserait la spéculation immobilière, ne seront en principe plus défiscalisées.

 Mais il reste des failles.

"Il y a eu une effusion du meublé de tourisme et on a maintenu les chambres d'hôtes, on a maintenu aussi de fait les résidences de tourisme classées, alors qu'en fait on pourrait contourner cet amendement en procédant à ces investissements. Il aurait fallu interdire toute la parahôtellerie et pas seulement les meublés de tourisme", explique Paul Duvaux, avocat fiscaliste.

Pour défiscaliser le prix d'un logement que vous allez mettre en location, d'autres dispositifs existent. Avec la loi Pinel, vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu allant jusqu'à 21% du prix de votre investissement si vous louez sur 12 ans.

"Qui peut défiscaliser ? Les gens qui ont de l'argent. Les gens qui ont de l'argent n'investiront que si demain ils ont un dispositif défiscalisant. Si les gouvernements de gauche et de droite mettent en place des dispositifs défiscalisants, c'est bien que c'est quelque chose de vital pour le BTP" estime Yves Menassé, agent immobilier à Ajaccio.

Dans son agence, il estime à 20 à 40% la part de logements vendus et produits grâce à ce dispositif.
En Corse, les outils de défiscalisation accusés d'encourager la spéculation immobilière
Intervenants - Yves Menassé, agent immobilier // Paul Duvaux, avocat fiscaliste. Equipe - Florence antomarchi Stéphane Agostini

A Linguizzetta, le maire Severin Medori qui a validé le permis de construire des Marine de Bravone après l'avoir refusé en 2009 explique : "Philosophiquement, je préfère un autre développement. Je pense qu’il y a trop de résidences secondaires à Linguizzetta. Je suis davantage porté sur la création de logements pour les primo-accédant. C’est difficile quand on est élu. Il faut assumer les lois, même quand les lois vous déplaisent."

Si 20 % des logements des Marine de Bravone ont été achetés par des locaux, eux aussi séduits par des promesses de rentabilité, le thème de la dépossession de la terre est au cœur du débat politique autour de l'investissement immobilier en Corse.










 

Sur le même sujet

Manon Lescaut

Les + Lus