Bastia : Jean-Martin Mondoloni présente sa liste pour les municipales

Jean-Martin Mondoloni lors de la présentation de la liste Bastia Altrimente. / © Viastella
Jean-Martin Mondoloni lors de la présentation de la liste Bastia Altrimente. / © Viastella

Investi par les Républicains, Jean-Martin Mondoloni mène la seule liste de droite du scrutin. Une liste panachée, où les générations, et les sensibilités se mèlent. Le but, selon lui, "montrer dès le premier tour que l'on peut rassembler". 

Par Sébastien Bonifay

Comme tous les candidats, Jean-Martin Mondoloni ambitionne d'être le prochain maire de Bastia.
Mais il sait que ce n'est pas la seule place à prendre. 

La droite, à Bastia, ne fait plus vraiment d'étincelles depuis quelques décennies. 
Elle s'était même fait voler sa place de principale opposant, dans les dernières années de l'ère Emile Zuccarelli, par le centriste Pierre Chiarelli. 

Si elle a réussi, tant bien que mal, à accéder aux affaires, c'est avec Jean-Louis Milani (DVD), rallié à Gilles Simeoni, en 2014

 
Jean-Martin Mondoloni, tête de liste de Bastia Altrimente, entouré de ses colistiers / © Viastella
Jean-Martin Mondoloni, tête de liste de Bastia Altrimente, entouré de ses colistiers / © Viastella
 

Le candidat de la droite libérale

Mais les politiques ont horreur du vide, et Jean-Martin Mondoloni se verrait bien incarner la droite libérale bastiaise.
Soutenu par des figures incontournables de la droite telles que Jean Baggioni, mais également par François-Xavier Ciccoli, le président des Républicains en Haute-Corse, Jean-Martin Mondoloni, sera le seul candidat de droite à Bastia le 15 mars prochain. 

 


La tête de liste de Bastia Altrimente nous le confirmait il y a quelques semaines : 
"Il y a un premier tour pour rassembler ses troupes. Je compte bien rassembler toute la famille de la droite. Et le second tour viendra dans un second temps".

Depuis, les choses ont un peu changé.

Alors qu'il présentait sa liste, samedi 8 février dernier, Jean-Martin Mondoloni a mis en avant l'ouverture, et la pluralité de la liste bâtie autour de lui. 
"Si vous voulez démontrer que vous êtes capables de rassembler au deuxième tour, il faut être capable que vous pouvez vous ouvrir dès le premier tour. Et autour de cette table, il y a des gens qui ont des trajectoires sensiblement différentes."

 
 

Ne se fermer aucune porte pour le second tour

Effectvement.
4ème sur la liste, Sylvie Andreani-Retali n'est pas vraiment marquée à droite

Durant un an, elle a été adhérente du Mouvement Corse Démocrate, et soutenait François Orlandi au sein du groupe "Corsica Nova" au conseil départemental de Haute-Corse.
L'orthophoniste s'attendait à ce qu'on lui le rappelle, et en novembre dernier elle nous disait : "J'ai été MCD pendant un an et quand j'étais élue au conseil départemental, je n'étais déjà plus MCD. Sur la question de cet engagement, monsieur Mondoloni ne m'a jamais demandé de changer."

D'autant moins que François Tatti, fondateur du MCD, et François Orlandi, soutiennent l'un de ses concurrent, Jean-Sébastien De Casalta. 

 
Sylvie Andreani-Retali, à droite, au côté de Livia Graziani-SAnci, responsable des jeunes Républicains de Haute-Corse / © viastella
Sylvie Andreani-Retali, à droite, au côté de Livia Graziani-SAnci, responsable des jeunes Républicains de Haute-Corse / © viastella


On retrouve également Antoine de Zerbi, en 5ème position
Le cardiologue a mené campagne avec Pierre Chiarelli, avant de faire partie du comité de soutien de Gilles Simeoni, en 2014. 
Centre, gauche, nationaliste, pour montrer que l'on veut rassembler, difficile de faire plus large. 
 

Bastia est plutôt à droite - Antoine de Zerbi


Mais la liste est de droite, prend soin de préciser Antoine de Zerbi. 
Ce qu'il pense être de bon augure pour le prochain scrutin.
"Si on regarde les résultats nationaux depuis des décennies, Bastia est plutôt à droite. A l'époque d'Emile Zuccarelli, une grande majorité de bastiais de droite votait pour lui."

 
Antoine de Zerbi en 2008, alors qu'il menait campagne avec Pierre Chiarelli / © Viastella
Antoine de Zerbi en 2008, alors qu'il menait campagne avec Pierre Chiarelli / © Viastella
 

La vieille garde de la droite bastiaise au-rendez-vous

Sur cette liste de tous horizons, les bastiais de droite veulent en tout cas croire que leur tour est venu. 
Et beaucoup ont répondu présent. 

C'est le cas de Lucette Piaggi, 94 ans, figure bastiaise à la faconde et au tempérament légendaires, et militante Républicaine du premier jour. 
Elle a accepté de repartir en campagne, pour soutenir Jean-Martin Mondoloni, et pointe en 42ème position. 

 
Lucette Piaggi, militante bastiaise inlassable du RPR, de l'UMP, puis de LR, aux avant-postes avec Jean-Martin Mondoloni, tête de liste de Bastia Altrimente. / © viastella
Lucette Piaggi, militante bastiaise inlassable du RPR, de l'UMP, puis de LR, aux avant-postes avec Jean-Martin Mondoloni, tête de liste de Bastia Altrimente. / © viastella


L'union sacrée de la droite libérale derrière Jean-Martin Mondoloni ?
L'illusion est presque parfaite. 
 

Et pourtant...

Stéphanie Grimaldi, conseillère territoriale LR et maire de la Porta durant 18 ans, n'avait pas fait mystère sur notre plateau en septembre dernier de son envie d'être candidate à Bastia.

Mais, au fil des semaines, elle s'était montrée bien plus prudente.
Alors que dans les bureaux, les tractations battaient leur plein. 
Et qu'elle devinait que sa candidature ne faisait pas l'unanimité. 

 
En 2017, Stéphanie Grimaldi était présidente de la fédération Les Républicains de Haute-Corse / © C.GIUGLIANO / FTVIASTELLA
En 2017, Stéphanie Grimaldi était présidente de la fédération Les Républicains de Haute-Corse / © C.GIUGLIANO / FTVIASTELLA


Fin janvier, par un communiqué, elle a clarifié la situation. 
Elle ne présentera pas de liste. 


"Fidèle à mes convictions, c'est à contrecoeur et avec beaucoup de peine que j'ai décidé de ne pas présenter de liste. "
Et l'on sent une certaine amertume dans son renoncement. 

"En septembre 2019, un autre candidat, que j'avais auparavant consulté, annonce sa candidature, et (surprise !) obtient le soutien de ceux que j'ai aidé, par le passé, à accéder aux responsabilités. "
Ancienne présidente départementale de la fédération des Républicains, et écartée au profit d'un candidat qui n'est même pas adhérent LR, la pilule est difficile à passer.

Bref, on l'a compris, Stéphanie Grimaldi ne se présentera pas en tête de liste, mais on ne risque pas non plus de la croiser prochainement à un meeting de Jean-Martin Mondoloni.

 

Bastia Altrimente

  1. Jean-Martin Mondoloni
  2. Livia Graziani
  3. Joseph Lucciardi
  4. Sylvie Andreani-Retali
  5. Antoine de Zerbi
  6. Karine Murati-Chinesi
  7. Florent Albertini
  8. Sylvie Antoniotti
  9. Dumè Franchi
  10. Natacha Giacobetti
  11. Nicolas Mariani
  12. Joséphine Carredu
  13. David Fortun
  14. Raphaëlle Martinetti
  15. Jean-Christophe Lucchesi
  16. Angèle Agostini
  17. Patrick Autes
  18. Isabelle Marie Pasqualini
  19. Bernard Vadella
  20. Rosalie Farloni
  21. André Cristofari
  22. Isabelle Demasi
  23. Thierry Jobin
  24. Anne Rossi
  25. Claude Emmanuelli
  26. Nathalie Montaggioni
  27. José Airola
  28. Marie-Charlotte Tomasi
  29. Christophe Mori
  30. Anne Iglesias
  31. Julien Reggioni
  32. Mélanie Lenoir
  33. Ghjulianu Lamberti
  34. Christine Lacollonge
  35. Gérard Focki
  36. Maria Sampaio Araujo
  37. Antoine Pieroni
  38. Sabrina Brambilla
  39. Antoine-Jospeh Santoni
  40. Elisabeth Bocchi-Geroni
  41. Jules Federici
  42. Lucette Piaggi
  43. César Tamagna

Sur le même sujet

Les + Lus