• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Cab met les grands moyens pour inciter au tri sélectif

Comment la communauté d'agglomération de Bastia gère le tri des déchets?
Intervenants : Céline Labbé, visiteur; Carole Ceugnet, responsable éco-organisme; Anthony Bertrand, ambassadeur du tri CAB - Maeva Defroyenne, Pauline Even

La communauté d’agglomération de Bastia veut inciter à trier plus. Elle a mis en place une campagne de sensibilisation de porte à porte et propose de visiter un centre de tri des déchets.

Par France 3 Corse ViaStella

De grues géantes qui déplacent des monticules et empilent des blocs pour former de nouveaux tas… Ça n’est pas un chantier de construction, mais ça pourrait s’y apparenter. C’est dans ce centre de tri de Bastia que la seconde vie des déchets recyclables commence.

La communauté d’agglomération de Bastia propose de visiter ce centre de tri et d’observer au plus près le processus de traitement de ces déchets qui vont être recyclés. Une visite à caractère pédagogique, qui peut notamment briser certaines idées reçues :

Là je viens de découvrir par exemple que certains plastiques que j’ignorais était recyclables […] C’est intéressant de savoir que c’est réellement valorisé après pour faire autre chose.

Céline Labbé, visiteuse

Pour les organisateurs de cette visite, il s’agit avant tout de faire la démonstration à ceux qui font le tri chez eux que leur geste n'est pas sans conséquence. Il est en effet à la base d’un long processus, qui commence dans leur poubelle et transite ensuite sur les tapis roulants de ce centre.


Cette pédagogie commence à porter ses fruits puisque la CAB a traité 22% de déchets triés en plus en 2016.

Pour accomplir cette mission de sensibilisation, elle a recruté cinq jeunes ambassadeurs qui distribuent des kits de recyclage dans les boîtes aux lettres et font du porte à porte pour inciter les gens à adopter ces gestes basiques.

Dans la CAB, plus de 6000 personnes ont déjà été convaincues par ces ambassadeurs du tri.

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus