Municipales : les déchets au coeur de la campagne bastiaise

ILLUSTRATION / A Bastia, comme dans de nombreuses communes de l'île, les poubelles s'entassaient au mois de décembre dernier autour des bacs pleins à craquer / © Axelle Bouschon
ILLUSTRATION / A Bastia, comme dans de nombreuses communes de l'île, les poubelles s'entassaient au mois de décembre dernier autour des bacs pleins à craquer / © Axelle Bouschon

Les poubelles se sont accumulées, au mois de décembre, dans les rues de la ville. Suscitant l'irritation des bastiais. Et donc des électeurs. Sans surprise, la question des déchets revient régulièrement dans la campagne. C'était le cas, hier, avec les listes Pè Bastia et Citadini Corsi. 

Par Sébastien Bonifay

Eric Simoni et ses partisans entendaient, hier, faire connaître leur position sur la question des déchets, qui agite la Corse depuis des mois, voire des années.
Et qui, le mois dernier, s'est invitée une nouvelle fois dans les rues de la ville. 
 

Le problème est régional, mais pour les nationalistes de la liste Pè Bastia, vient s'ajouter à Bastia une "guerre de tranchées" entre la municipalité et le Syvadec. 
Le maire sortant, Pierre Savelli, et le président du Syvadec et de la CAB, François Tatti, allié du candidat Jean-Sébastien de Casalta, sont deux des adversaires d'Eric Simoni en mars prochain. 

 
Eric Simoni, candidat Pè Bastia / © viastella
Eric Simoni, candidat Pè Bastia / © viastella


Cette "guerre des tranchées" est dénoncée par le candidat indépendantiste, qui estime qu'elle "prend en otage" les Bastiaises et les Bastiais. 
Pour enfoncer le clou, et illustrer son propos, Eric Simoni a choisi de tenir sa conférence de presse à Lupinu :

"Il aurait fallu ne pas assister à un traitement à deux vitesses, avec des quartiers qui ont été laissés complètement à l'abandon, tels que Montesoro ou Lupinu. Mais au contraire adopter une attitude solidaire et responsable. Nous faisons, de notre côté, de la propreté de nos rues une priorité, et demain, nous en ferons une réalité." 

 
Le tract distribué par la liste Pè Bastia / © Viastella
Le tract distribué par la liste Pè Bastia / © Viastella


Pour y arriver, Pè Bastia soutient le déploiement généralisé du tri à la source. 
Sa tête de liste, en revanche, rejette l'idée d'un site provisoire de stockage à l'Arinella
Selon Eric Simoni, l'entrée de Bastia et son littoral méritent mieux. 

 


Même thème, et mêmes cibles pour Filippo de Carlo, le candidat de la liste Citadini Corsi, qui réunit les gilets jaunes mais également plusieurs figures du Rassemblement National, ainsi que des membres de Leia Naziunale.
Hier, à Teghime, il dénonçait le jeu auquel se livreraient la mairie de Bastia et le Syvadec, "en se renvoyant la balle". Au détriment "du peuple"

 
Filippo de Carlo, entouré de ses soutiens, issus du mouvement des gilets jaunes, mais également venus de l'extrême droite. / © viastella
Filippo de Carlo, entouré de ses soutiens, issus du mouvement des gilets jaunes, mais également venus de l'extrême droite. / © viastella


Pour lui, la solution, c'est l'incinérateur.
Un choix qu'il estime devoir être soumis à un référendum...

"Nous proposerons aux Bastiais cette solution et nous la porterons plus avant encore. Il faut la proposer à toute la Corse. L'avenir c'est ça. On ne peut pas enfouir. L'enfouissement c'est une catastrophe écologique, on pollue d'une manière que vous n'imaginez pas. C'est la nappe phréatique qui en prend un coup !" 
 
Filippo de Carlo, tête de liste Citadini Corsi / © Viastella
Filippo de Carlo, tête de liste Citadini Corsi / © Viastella

 
Reste à savoir, une fois cette hypothétique première étape du référendum franchie, où l'incinérateur serait installé. 
Un débat qui promettrait encore quelques belles années de valse-hésitation...
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus