Tags nationalistes découverts à Bastia : les trois personnes interpellées placées sous contrôle judiciaire

Les trois personnes interpellées dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 avril alors qu'elles opéraient des bombages à connotation politique dans le centre-ville de Bastia ont été présentées ce mercredi à un juge. Elles ont été placées sous contrôle judiciaire, en l'attente de leur convocation devant la justice.

Après plus de 30h de garde à vue, les trois personnes interpellées alors qu'elles traçaient des tags dans le centre-ville de Bastia ont été présentées devant un magistrat, ce mercredi en fin de journée. Toutes trois ont été placées sous contrôle judiciaire en l'attente de leur prochaine convocation devant la justice.

Leurs avocats avaient fait la demande d'un report de l'affaire, à défaut d'une comparution immédiate.

Tags à connotation politique

Pour rappel, les trois tagueurs avaient été surpris en flagrance, alors qu'ils bombaient des messages à connotation politique sur les murs de plusieurs établissements bancaires et de la mairie de Bastia.

Des tags "Terra corsa a i Corsi" ou encore "È fora a Francia" ont notamment été retrouvés, ainsi que des inscriptions faisant référence à Stéphane Ori, militant indépendantiste mis en examen il y a deux semaines dans le cadre d'une information judiciaire instruite par le pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris.

Le parquet de Bastia avait à la suite de leur interpellation ouvert une enquête du chef, notamment, de dégradations aggravées, confiée aux services de la Direction Inderdépartementale de la Police Nationale de Haute-Corse.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité