Du Var à la Corse, il traverse la Méditerranée à la nage pour alerter sur la pollution

Apnéiste de l’extrême, habitué des fonds marins, Michel Nox a décidé de rester en surface pendant 236km, le temps de relier à la nage le Var et Calvi. Avec cet exploit sportif, il espère sensibiliser le grand public au problème de la pollution de la mer.
Du Lavandou (Var) à Calvi (Haute-Corse), Michel Nox a parcouru 236km à la nage en huit jours.
Du Lavandou (Var) à Calvi (Haute-Corse), Michel Nox a parcouru 236km à la nage en huit jours. © Nox diving
Lors du premier confinement, les habitués de la mer, plaisanciers, surfeurs, pêcheurs amateurs, plongeurs ou simple promeneurs regrettaient de ne pas pouvoir accéder au littoral. Michel Nox était de ceux-là, lui qui côtoie la Méditerranée depuis son enfance et s’est spécialisé il y a sept ans dans l’apnée extrême, en profondeur. "Je me suis dit que cette prise de conscience générale de l’importance de la mer était l’occasion de faire passer un message : si on continue à la dégrader comme ça, ce qu’on a vécu pendant le confinement, à savoir une interdiction du littoral pendant deux mois, ça pouvait, à terme devenir définitif. Et là malheureusement, quand la mer sera définitivement polluée, on ne pourra plus faire machine arrière."
Lors de son périple, Michel Nox a nagé avec des dauphins
Lors de son périple, Michel Nox a nagé avec des dauphins © Nox diving

Si on continue à dégrader la mer comme ça, ce qu’on a vécu pendant le confinement, à savoir une interdiction du littoral pendant deux mois, ça peut, à terme devenir définitif. Et là malheureusement, on ne pourra plus faire machine arrière

Michel Nox

236km à la nage en 8 jours

Habitué des exploits sportifs, Michel Nox, 46 ans, a alors décidé de se lancer un défi : relier le port du Lavandou (Var) à Calvi (Haute-Corse) à la nage. En huit jours, du 17 au 25 septembre 2020, il a parcouru 236km avec ses palmes, suivi par un bateau à voile qui assurait sa sécurité.
 

"Je n'ai pas eu de chance au niveau des conditions météo. En plus, il y avait un courant de face assez important et il m’est arrivé  de nager deux heures et de faire que 200m alors que normalement j’aurais dû faire 8km" Michel Nox
"Je n'ai pas eu de chance au niveau des conditions météo. En plus, il y avait un courant de face assez important et il m’est arrivé de nager deux heures et de faire que 200m alors que normalement j’aurais dû faire 8km" Michel Nox © Nox diving

"On entend en permanence que la Méditerranée souffre, dit-il. Mais il ne se passe rien de concret. Quand vous faites un exploit sportif, vous êtes sous le feu des projecteurs et vous pouvez dire "moi je suis apnéiste, je vois une dégradation de la mer Méditerranée qui est récente.""
 

L'exploit sportif visait aussi à sensibiliser sur la beauté de la mer et le risque de la polluer.
L'exploit sportif visait aussi à sensibiliser sur la beauté de la mer et le risque de la polluer. © Nox Diving

La disparition des espèces sous nos yeux

Dans cette mer qu’il côtoie quasi quotidiennement, il voit disparaître les espèces et filme, pour témoigner : "Quand j’étais petit, il y avait une prolifération d’oursins monumentale. Quand on courait sur les rochers on faisait attention où on mettait les pieds. Aujourd’hui pour trouver un oursin comestible ça devient problématique. Avant, on pensait qu’il y en avait tellement que ce serait inépuisable."

Je suis apnéiste, je vois une dégradation de la mer Méditerranée qui est récente.

Michel Nox


En profondeur, la pollution a parfois remplacé les poissons : "quand j’ai commencé l’apnée, à des profondeurs de 40-50 mètres on trouvait énormément de vie et maintenant vous trouvez de la vie localisée sur les épaves et lorsque vous faites 200 mètres à côté, c’est le désert le plus complet."

Pour lui, témoigner est essentiel, y compris auprès des jeunes générations à qui il montre ses images dans les écoles.
 
 

L'apnéiste Michel Nox : une traversée pour l'environnement
Dans les profondeurs, Michel Nox voit une pollution invisible pour le grand public, y compris dans des zones qu’on croit protégées. "Quand je suis arrivé en Corse, la pollution était la même. Si on ne met pas la tête dans l’eau on ne le remarque pas forcément. Ce qu’on ne voit pas ne nous inquiète pas."
 

Quand je suis arrivé en Corse, la pollution était la même. Si on ne met pas la tête dans l’eau on ne le remarque pas forcément. Ce qu’on ne voit pas ne nous inquiète pas.

Michel Nox


Les bords de mers jonchés de détritus paraissent propres, en comparaison de ce qu’il voit sous l’eau : "Sur le littoral vous avez pas mal de courant, il y a beaucoup de houle donc les déchets finissent toujours sur des plages qui sont ensuite plus ou moins nettoyées mais quand vous allez dans des endroits plus profonds, qui ne sont pas soumis à ce courant et à la force de la houle, tout s’entasse."
L'apnéiste Michel Nox a été accompagné lors de sa traversée par le skipper professionnel Stéphane Girolata.
L'apnéiste Michel Nox a été accompagné lors de sa traversée par le skipper professionnel Stéphane Girolata. © Nox Diving

Dans un documentaire qui doit sortir cette semaine, Michel Nox va raconter sa traversée, ce qu’il a vu, et "l’expérience humaine" de son exploit.

Ne pas tomber dans l'excès

Après sa traversée de la Méditerranée entouré de sacs plastiques et des bidons abandonnés, Michel Nox garde un optimisme mesuré : "Il ne faut pas tomber dans l’excès alarmiste en disant ça y est, c’est foutu. Mais il faut prendre conscience aujourd’hui qu’on épuise la mer Méditerranée et que si on fait pas attention on va en payer la facture."​​​​​​​
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement méditerranée mer nature animaux natation sport apnée